Absolument relatif

 In La rubrique de Frédérique

Nos sens décryptent un vécu vibratoire qui donne corps à une réalité.
Ces ressentis s’appuient sur des longueurs d’ondes particulières qui diffèrent selon les espèces. Ainsi les dauphins, les chauves-souris, les hommes s’accordent sur des fréquences différenciées qui forgent des évidences caractérisées par les potentiels sensibles des uns et des autres !

Au fil de l’évolution, le raffinement des sens permet l’accès à de nouveaux réels tout aussi « virtuels » que les précédents, mais plus larges, plus fins, plus englobants, relativisant les précédents que nous prenions pour absolus.
« Dieu voit tout » disait-on aux enfants pour les inciter à rester sages en dehors des regards parentaux. Mais Dieu découvre par les perceptions de chacune de ses créations, le monde qu’il a engendré.
Ainsi la créature s’expand et avec elle, les multiples possibles qui se déroulent et ne cessent de se déployer.

Chaque jour est l’occasion d’un nouveau regard qui sort des relativités passées pour permettre de nouveaux rapports.
La relativité nous demande d’ajuster au mieux nos réponses.
Ajuster à la situation, ajuster à la compréhension de l’autre, ajuster à notre propre éclairage pour trouver le point d’équilibre qui permettra à chacun, à chacune des parties concernées de croître en conscience ; de trouver un espace commun qui ne soit pas compromis résultant d’une compétition avortée mais point d’essor vers une plus grande vision.

La relativité traite de la vie en mouvement et des chemins qu’elle prend pour pénétrer nos entendements et faire de nous, ses relais.
Relativité des paroles et des idées que nous partageons.
Relativité de notre place sur le chemin.
Relativité de notre rôle dans le grand tout.
Relativité de notre importance.
Mais relativité absolue, car derrière cette notion se cache le propre de l’évolution.

Nul n’échappe à la relativité ; les inventions d’hier, les pensées d’hier, les mœurs d’hier, les façons de faire d’hier sont obsolètes.
Autre obsolescence programmée par cette relativité absolue qui nous invite à être humble, à cesser de nous prendre au sérieux tout en accomplissant avec le plus grand des sérieux l’œuvre toute relative qui nous est confiée, que nous pensons devoir accomplir sans pourtant en avoir la conviction absolue.
Derrière cette notion, la confiance nous anime et donne aux situations pourtant éphémères que nous traversons, un goût d’éternité.

A chaque méandre se découvre une nouvelle donne relative ; en parcourant les multiples allées du labyrinthe des incarnations, nos points de vue toujours relatifs donnent une vision panoramique du paysage que nous sommes en mesure de saisir.
Où que ce soit, pour qui que ce soit, il n’y a pas de réalité absolue. La relativité permet d’entrevoir un aspect de l’infini.

Nos sens sont des capteurs à la sensibilité restreinte, ne cherchons pas à imposer leurs traductions ; découvrons l’équilibre relatif de nos perceptions limitées et œuvrons à les ouvrir pour aller ensemble vers une plus grande vérité, une plus grande unité, une plus grande beauté, un plus grand bien commun…

Seule certitude, le bien de tous est une quête qui ne peut nuire à personne !

 

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search