Amène-toi !

 In La rubrique de Frédérique

« Amène-toi et laisse tomber tes petits malheurs. »
C’est le cri de l’âme à ses corps qui se débattent pour exister et se donner droit de cité plus qu’il ne faudrait.

« Laisse tomber » pourrait être l’autre nom donné au lâcher prise. Laisse tomber l’importance que tu donnes à tes émois, à tes envies, à tes opinions, à tes créations, à tes rêves pour te tourner vers cette dimension essentielle qui préside depuis toujours à ton existence, mais que tu relègues aux oubliettes pour mieux satisfaire tous tes petits travers avouables, avoués ou à peine entrevus.

Amène-toi pour tenter de partager un monde où les cloisons entre vrai et faux, entre juste et injuste ont été dissoutes pour laisser place à une compréhension globale, où la notion de cycle et d’évolution prend place en dehors de toute manifestation linéaire du temps.

Laisse tomber les chaînes du personnel pour rejoindre les liens subtils du groupe d’âmes auquel tu appartiens. Reconnais ce lieu d’où tu viens, ce fil permanent qui te lie au Tout et cherche à le faire ressurgir, là où tu l’avais enfoui dans les méandres de l’inconscience. Amène-le, ici et maintenant, en habitant le présent débarrassé de toutes les mémoires qui grossissent les malheurs comme les bonheurs, stockés dans l’espace du souvenir.

Amène l’essentiel au cœur conscient du manifeste pour oser être avant de paraître et rayonner le mystère de la vie dans la multiplicité des sources de l’expérience.

La sagesse est un chant d’universalité qui résonne aux oreilles de tous comme une évidence.
C’est le discours de l’âme dans la bouche du serviteur qui ne cherche pas à convaincre mais énonce sans fard, les mots purs qui disent ce que chacun sait intimement… mais refuse parfois, par crainte de l’engagement ou peur de perdre des acquis illusoires.

Amène-toi et laisse tomber les impasses de l’avoir ; celui des biens physiques, des biens idéologiques, des biens mentaux, car ce qui nous appartient, parait toujours éminemment important pour maintenir le passé vivant, à coup de savantes actualisations !
Laisse tomber l’avoir pour le bien commun qui n’est plus ce à quoi tu t’attaches pour maintenir un statu quo, mais ce à quoi tu contribues pour qu’émerge un possible qui a été pensé par plus grand que toi !
Tu en es un relais, un porte parole, si tu reconnais sans sourciller ta véritable identité.

« Amène-toi pour amener au mieux l’essence dans l’existence. »
C’est le cri de l’âme au serviteur qui hésite à lâcher ses prérogatives personnelles pour rejoindre l’impersonnalité.
Le véritable serviteur n’attend rien, il ne se laisse pas distraire par ses atermoiements particuliers.

Facile à dire, moins facile à faire.
Facile à concevoir, moins facile à mettre en œuvre,
Facile parfois d’avoir, moins facile d’être véritablement.
Mais si le difficile n’était pas, il y a bien longtemps que tout cela serait réalisé !

Pas de panique, « amène-toi » crie l’âme à son véhicule, « plus vite tu seras là, mieux la Terre se portera. »
A bon entendeur, salut !
Nous sommes tous des graines de sauveurs ; à nous de cultiver le champ de la rédemption !
Amen ?

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search