Arrête de te la péter et passe le test !

 In La rubrique de Frédérique

Arrête de te la péter et passe le test !
Lequel ?
L’authentique test du miroir intérieur qui ne manque pas de révéler derrière l’apparente bonhomie, tous les travers dont nous sommes porteurs et qui entravent incontestablement l’ascension vers la subtilité.

Nos freins sont le fruit des critiques, des jugements que nous adressons expressément ou muettement à nos congénères. Non qu’il faille ne plus discerner entre le bien et le mal, le bon et le moins bon, le vrai et le faux, le subtil et le dense, indispensables appréciations pour trouver le chemin du milieu, mais discerner et critiquer diffèrent…

Et ce différent est de taille !
Le bien, le bon, le vrai, le subtil sont en perpétuelle mutation ; nos lectures doivent tenir compte du mouvement de vie et cesser d’être des arrêts sur images, condamnant à perpétuité ce qui n’est qu’erreur passagère.

Entre discerner et critiquer se dessine l’accueil ou le rejet. Reconnaître ce qui est ; le contextualiser et non l’insérer dans un système comparatif où des bons points sont distribués en fonction de critères de valeurs correspondant à notre développement.

Ainsi l’autre nous paraît être en plein mirage ; nous qui savons, évidemment ce qu’est le mirage ! Nous qui avons forcément dépassé ce stade de l’aveuglement au point d’être happé par l’immédiatement perceptible, sans chercher à voir au-delà, l’être en chemin qui se trompe comme nous… mais pas sur les mêmes choses !

Ses ressentis diffèrent des nôtres ; il cherche à les traduire, témoignant ainsi d’une recherche intérieure tout aussi légitime que la nôtre.
De même, l’autre qui ne sait pas et pose sa question pour une énième fois, nous rappelle simplement que les choses s’intègrent doucement, après maintes et maintes redites.
Ne prenons pas les besoins de répétition de l’autre pour l’expression de sa bêtise ! Comprenons que cet énième ras-le-bol à l’entendre, exprime une nouvelle fois notre disposition à l’accueillir côté pique et non côté cœur…autre répétition !

L’erreur est humaine, elle est source d’évolution pour peu que nous la débusquions.

Chaque fois que nous critiquons ou que nous optons pour la « condescendance compréhensive », nous cultivons le mépris ; l’état de cœur est tolérant ; il est ouverture et accueil et non agacement dû au temps que nous perdons à répondre aux besoins de savoir et aux incompréhensions de l’autre.

L’attente témoigne d’un état de conscience. Attendre une réponse ou attendre que l’autre soit différent de ce qu’il est, traduit le même état de conscience. Lorsque nous attendons autre chose que ce qui se présente, nous sommes dans une dynamique individualiste, centrés essentiellement sur notre importance, nos désirs et nous ne tirons pas leçon de l’expérience.

De multiples parcours sont possibles, mais tous mènent à l’unité ; cherchons à être des passeurs d’espoir, des encourageants et non des discriminants, des guides et non des juges. Nous sommes plus semblables qu’il n’y paraît ! Reconnaissons nos identités.
Comprendre ici et maintenant ce que la vie expose, telle est la façon de manifester la présence dans toute son essence aimante.

Critiquer l’autre, c’est se gonfler d’importance et se prendre pour ce que l’on n’est pas.
Miroir, mon beau miroir, que dit ton test, aujourd’hui ?

Recent Posts
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search