Attention, vieux croûtons

 In La rubrique de Frédérique

Comment passer d’un monde d’inégalités à un monde de partage où l’ensemble pense pour l’ensemble et où chacun offre à tous le meilleur de ce qu’il est fondamentalement ?
Si le pont qui conduit de l’un à l’autre est encore à construire, certains, plus acrobates que d’autres ont franchi la distance par des passes nouvelles, et surfent sur l’éther.
Avant-gardistes, ils éclairent un chemin encore hasardeux tant il y a encore à défricher… mais savoir les éclaireurs loin devant, invite à les rejoindre !

Le monde se fossilise sur des valeurs qui ont fait la gloire d’un passé. L’équilibre dont elles témoignent, rend compte d’un monde paternaliste, d’une société où la loi du plus fort, valeur machiste s’il en est, était la règle acceptée par tous, le schéma qui enfermait la majorité des têtes pensantes et gouvernantes.

Avec les nouvelles communications, les inégalités criantes sont apparues à tous. Certains s’en satisfont et bâtissent leur empire sur ces conceptions et leur mise en œuvre, d’autres crient à l’inhumanité d’un monde dont une grande partie de la population vit sous le seuil de pauvreté.
Tous les hommes n’ont pas accès à l’eau, tous les hommes n’ont pas accès aux soins, tous les hommes n’ont pas accès à l’école, tous les hommes ne mangent pas à leur faim … et quelques-uns possèdent à eux seuls, ce qui pourrait venir à bout de ces injustices inouïes, qui donnent droit de cité aux uns et droit au déclin à d’autres.

Quelle est l’énergie qui préside à une telle injustice ?
Quelle est l’énergie qui perpétue une telle injustice ?

S’il y a toujours eu des faibles et des forts au niveau des états, des groupes ou des individus, le mouvement qui va de l’un à l’autre a souvent été celui de la domination des uns sur les autres, ou de la protection des uns par les autres.
Il convient aujourd’hui de nous accompagner dans la conscience de l’interdépendance et la culture de la solidarité, reléguant aux oubliettes les abus de pouvoir et les exploitations évidentes ou larvées.

Prendre la mesure des qualités humaines et des besoins de tous, cultiver l’équanimité est aujourd’hui envisageable. En sortant la tête des trous qui nous entourent, en quittant l’état fossile qui s’enlise dans le temps qui passe, en s’ouvrant à l’autre, aux autres sur tous les espaces de communication, nous pourrons créer les alliances pour qu’advienne plus de justice sur Terre.

La conscience d’ensemble reconnaît chacun et tous. Elle ne survient qu’après l’apprentissage de l’égoïsme poussé à l’extrême qui donne le ton du monde dans lequel nous vivons.
Nous en sommes là !

Œuvres de charité comme œuvres de protection répondent encore à la perpétuation des inégalités. Mieux que rien pour les formes, mais perpétuations des inégalités pour les consciences avec les meilleures volontés du monde.

Nous pensons comme de vieux croûtons, recroquevillés sur nos vécus d’hier, prêts à faire des puddings pour nourrir le monde mais sans quitter nos prérogatives personnelles.
Penser communément mais en gardant ses attaches personnelles confine à l’immobilisme, au maintien de ce qui ne va plus, et à la persistance des injustices.

Nous le savons mais comme de vieux croûtons que le temps durcit, nous imaginons encore que cet état n’est dû qu’aux autres !
Nos égoïsmes, pourtant pleins de bonnes intentions, en sont la cause et freinent l’avènement réel de la fraternité.
L’à venir s’invente à partir de notre faculté à penser un monde nouveau.
Ce futur est à portée de conscience pour tout Terrien en chemin.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search