Ce que tu caches dit quelque chose de toi

 In La rubrique de Frédérique

Ce que tu caches dit quelque chose de toi, mais ne le dit qu’à toi.
Ce que tu caches parle de ce que tu masques à l’autre, aux autres, pour préserver l’image que tu souhaites donner de toi.
Ce que tu caches s’habille d’une robe d’acceptable sur des dessous d’incohérence.

Que caches-tu derrière ce que tu caches pour échapper à cette sensation désagréable de n’être pas là où tu devrais être, de ne pas faire ce que tu devrais faire, de ne pas t’être mis au diapason d’un essentiel que tu caches à ton individualité qui joue en solo une partition désaccordée ?

Ce que tu caches dit quelque chose de toi et tu peux l’accueillir pour croître en vérité ou l’ignorer et jouer l’innocent qui ne voit rien de ce qu’il cache pour ne pas avoir à s’interroger.
En jouant à cache-cache avec notre essentialité, nous perdons le fil d’Ariane qui permet de retrouver le chemin d’ouverture dans le labyrinthe de nos incarnations.
Vouloir échapper à ce que nous savons devoir être en disparaissant derrière nos désirs, nos limites, nos incomplétudes ou nos incompétences est une belle façon de justifier nos séjours dans des caches confortables pour n’avoir pas à être.

Parfois viennent à la rescousse de beaux mensonges pour donner le change, tout en restant planqués. Ceux-ci se font subtils, prennent des accents d’authenticité, et laissent parfois croire à un repentir qui expose des travers dont nous souhaitons triompher, pour mieux enfouir ceux dont nous ne disons mot.

Ce que tu caches dit très clairement ton attachement à ne pas changer !
Car nos travers sont notre identité ; ils nous façonnent et nous les apprécions plus que nous nous l’avouons. Les quitter nous engage, contraint à une mutation délicate et entraine une perte de repères qui nourrit la peur de ne plus nous reconnaître, de ne plus être reconnus, de ne plus savoir nous diriger dans des contrées de plus grande vérité.
En nous plaignant de ce que nous disons vouloir abandonner quand nous souhaitons secrètement le garder, nous trompons l’autre mais nous nous trompons surtout nous même. Pieux mensonges plus ou moins calculés.

L’être essentiel nous appelle, mais l’essentiel pour nous reste d’être apprécié avec nos divers attributs ; il n’est donc pas question de renoncer à ce que nous savons devoir laisser.
Nous occultons souvent notre refus d’avancer pour garder belle opinion de nous-mêmes en nous arrangeant avec les geôliers que sont nos manigances, nos opacités et nos habitudes.
Cache-cache.

Ce que l’on cache dit quelque chose de nous, mais nos caches sont si subtiles qu’elles nous abusent parfois en affirmant le contraire de ce qui est, pour mieux nous voiler en donnant l’illusion d’avancer au grand jour.
Diable qu’il est difficile d’y voir clair quand sur le chemin, le soleil éblouit et camoufle de ses reflets, les panneaux indicateurs du vrai qui balisent la voie de l’authentique lumière.
Ce que l’on cache dit quelque chose de nous, et nous le dit à tous.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search