Citoyens et citoyennes du monde

 In La rubrique de Frédérique

Nous sommes enfants de la Terre avant d’être enfants de la nation.
Ouvrons et relevons le regard pour ne pas nous engluer dans des problématiques, en ne proposant que des solutions partisanes et dépourvues de toute efficacité parce que s’attachant à des symboles trop bas pour être porteurs de sens.

La citoyenneté est avant tout une éducation.
Elle ne réside pas seulement dans la détention d’une pièce d’identité. Les passeports ne sont que des « sésame » pour franchir des frontières qui sont toujours arbitraires.
Les véritables frontières sont celles qui nous parquent à l’intérieur de nos peurs et de nos revendications.

Plutôt que de déchoir quelqu’un de sa nationalité, pensons à choir de nos perchoirs pour comprendre ce qui peut pousser tel ou tel à exister par la violence, fort d’une idéologie qu’il ne comprend pas forcément mais qui sert d’exutoire à des mal-être massifs qui ne peuvent pas être mis en mots, donc traités avec distance, par défaut de vision, défaut d’éducation, défaut d’objectifs, défaut de croire en soi.

Et si aujourd’hui nous tentions de comprendre !

Pour cela, il nous faut prendre en compte l’autre plutôt que de l’acculer à se ranger à notre perception du monde ; ainsi nous initions un premier pas vers l’ouverture.
Ceux et celles qui s’enferment dans des logiques meurtrières et séparatistes au nom d’un dieu qui n’a pas d’autres fonctions que de représenter un blanc-seing permettant de ne pas penser, ont aussi, ont surtout besoin de reconnaissance.

Nous sommes tous citoyens du monde et la Terre ne peut déchoir qui que ce soit.
Même les morts retournent à la terre d’une façon ou d’une autre !

Aidons nos dirigeants à sortir de leur logique à court terme qui ne permet pas d’envisager les problèmes qui se posent à l’ensemble de notre société actuelle.
Le monde est notre cité et il est la cité de tous, grands et petits, quelle que soit notre couleur de peau et notre origine.

Éduquons, permettons à chacun de satisfaire ses besoins fondamentaux pour permettre que sur ce socle d’une base sans faille, puisse s’édifier les valeurs de coopération et d’alliance.
Éduquons. Il n’y a qu’en apprenant à penser de façon globale que nous pouvons ensemble édifier une vision du monde où s’envisageront de libres circulations d’idées, de compétences, de possibles, de rêves et de considérations.
L’éducation au respect est une marche vers notre fraternité, l’éducation à la connaissance également, non la connaissance encyclopédique mais celle qui permet de découvrir la différence avec toutes ses richesses.

Si les voyages forment la jeunesse, nous avons tous à être formés, formés et non formatés, à distribuer ce qui est le propre de notre humanité, la possibilité d’aimer.
Apprenons à nous donner la main, à balayer le monde de tous ses sédiments en abattant les murs de nos frontières intérieures pour laisser passer l’amour et la vie et nous réjouir de tout ce que nous avons en commun.
Laissons circuler notre communauté et que nos différences soient l’occasion de nous enrichir et non de nous bannir.

Cela nécessite du temps, mais toute construction exige un plan, la capacité d’envisager sa mise en œuvre et sa réalisation. Voir à long terme est la seule façon de construire un monde dépourvu d’exclusion.

Chacun de nous est à même d’œuvrer à cette construction, là réside notre force !

Recent Posts
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search