Consécration

 In La rubrique de Frédérique

Se consacrer ensemble à ce qui est accessible, à ce qui est possible, à ce qui est juste d’accomplir selon nos potentiels, sur les divers plans de l’existence, voilà le travail…
Facile à dire !

A l’heure où des milliers de gens ne peuvent satisfaire leurs besoins fondamentaux, comment être au monde, œuvrer au mieux pour la communauté sans perdre de vue les priorités auxquelles nous consacrer, ni se laisser ballotter par les urgences omniprésentes en tous points du globe ?
Comment travailler à plus d’équité sans se détourner des tâches qui nous incombent plus spécifiquement ?

L’équité ne passe pas par une péréquation, ni par un savant partage matériel mais par la reconnaissance de chacun dans un vaste ensemble où toute partie constituante occupe une place définie en fonction du meilleur qu’elle est en mesure d’accomplir. Cela exige de nous connaître, de savoir quels sont nos atouts et de les mettre avec bonheur au service de tous.

Il n’y a plus alors de tâches nobles ou moins nobles, il y a la possibilité de se consacrer ensemble à la plus juste réalisation de ce que chacun peut offrir à la croissance de la collectivité.
Se sous-estimer nuit à l’ensemble,
Se surestimer nuit à l’ensemble,
Ne pas s’estimer nuit à l’ensemble,
Se mésestimer nuit à l’ensemble.

Les occasions de faire sont infinies, locales, formelles ; les occasions de penser « global » doivent cependant les précéder, les véritables solutions s’élaborant toujours en amont de la manifestation.

Si, secourir est urgent dans maintes situations, panser n’est pas penser ; s’attaquer aux sources des souffrances du monde, devient impérieux pour éviter que les maux pléthoriques qu’elles génèrent, ne se pérennisent.

Les remèdes apportés aux multiples besoins doivent être collectifs ; les réponses individuelles soutiennent ponctuellement mais ne règlent en rien l’origine du mal, du désastre, des tourments.

Le monde est coupable de choix politiques, sociaux, économiques entrainant des réponses insatisfaisantes dans divers domaines de la société. Or,  il est l’expression de ce que nous sommes, de ce que nous perpétuons faute de comprendre notre place dans le collectif en l’assumant, en toutes circonstances, conscients que l’ensemble est notre demeure.

À quoi collaborons-nous ?
À quoi nous consacrons-nous ?
Il est des temps où les mots guérissent les maux, d’autres où les maux n’ont pas les mots, d’autres encore où les mots occultent les véritables maux en niant le monde des causes, évitant de s’y attacher pour n’avoir rien à changer !

Les hommes sont plongés dans l’insécurité, celle de ceux qui n’ont rien, celle de ceux qui osent, de ceux qui n’osent pas, de ceux qui ont tout perdu, de ceux qui ont peur de perdre, tout cela parce que nous ne voulons pas prendre en compte notre interdépendance fondamentale, ni nous consacrer à la gestion solidaire du monde qui nous abrite.

C’est en tentant de marier nos visions sans chercher à convaincre, ni à vaincre quiconque, que nous consacrerons le meilleur de nos énergies à la compréhension des causes pour agir de concert à la restauration du bien commun. Encore faut-il le vouloir !

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search