Contribuer sans compter

 In La rubrique de Frédérique

Compter sur soi, compter sur l’autre, compter sur l’âme, compter sur ses compétences, son savoir-faire, son savoir être, mais librement.

De la logique comptable où l’on établit un rapport entre les entrées et les sorties en veillant à la justesse de la balance, au souci d’adéquation entre une demande et notre capacité d’y répondre, existe un passage subtil qu’il nous revient de découvrir.
La logique comptable s’attache toujours au fait, au matériel, à ce que l’on peut quantifier mais pas forcément aux forces à l’œuvre derrière cette manifestation.

Les systèmes d’échanges locaux, les SEL sont un système où ce que l’on offre à l’un nous sera redonné par d’autres ; c’est une ouverture, mais cela reste encore logique de marché un brin libérale.
Donner sans compter ce que l’on est en mesure de donner profite à tous, y compris à nous-mêmes. Mais donner n’est ni assaillir de dons ni gaver, mais discerner dans chaque situation la part à laquelle contribuer pour lui permettre de se résoudre, de s’élever, de se dynamiser, de traduire la vie et non un arrêt sur image, sur problème, sur parti pris.

Donner ce que l’on peut donner, suppose de connaître ce que nous avons à offrir et ainsi d’être au plus près de nos potentialités. Les espèces sonnantes et trébuchantes, les actions diverses sont une forme d’aide quand elles sont employées à bon escient. Mais le don le plus libre est celui qui nous permet d’acheminer ce qui doit être, sans obstruction et sans vouloir en tirer de gloriole personnelle.

Savoir être pour pouvoir transmettre. Savoir être sans « pare-être » pour s’offrir comme passeur d’énergie et non pas détenteur d’énergie.
Alors les fonds d’énergie, d’argent, de force ne s’épuisent pas. Cette énergie qui passe à travers nos présences aux diverses étapes du quotidien nous transcende autant qu’elle transcende la situation mais sans bruit, sans lauriers, sans revendication.

Cela se nomme service, non le service rétribué mais le service contribuant au mieux-être global ; service sensible, service utile, service humble et sans attente qui ne rechigne devant aucune tâche car tout ce qui existe a sa raison d’être, car le serviteur est sous mission, en service commandé de son essentialité.

L’homme se découvrira un cœur quand il s’offrira pour répondre aux besoins du monde.
A quel moment, en quelles circonstances nous offrons nous, et comment ?
Quel est notre engagement à être ce que nous sommes et quel impact cela implique-t-il en nous et autour de nous ?

La soumission résulte d’une position prise dans l’enfance de l’humanité, la reconnaissance de son statut d’adulte sous mission est sa grandeur. C’est de ce passage que nait la véritable créativité de l’homme s’inspirant de sa divinité.

Contribuer à la paix passe par l’offre sans demande, l’oubli de soi. Mais cela nécessite au préalable d’avoir un soi à offrir.
Le don de soi et la non attente dans l’engagement à servir est la clé de la liberté d’être. Celle-ci réside au cœur de chacun d’entre nous, il suffit d’en ouvrir l’écrin pour la découvrir.

Recent Posts
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search