La déception est toujours là pour sanctionner des attentes non réalisées.
Déception de ne pas avoir obtenu, de ne pas avoir réussi, de n’être pas en mesure de réaliser ou de n’avoir pas eu les relations souhaitées avec tel ou tel. Déception de ne pas être comblé là où nous espérions tant, là où nous considérions plus ou moins secrètement, que cela nous était dû !

Mais qu’enseigne cette déception qui jalonne nos existences ?
Elle témoigne de nos quêtes extérieures, intérieures toujours à l’affût de satisfactions !
En cherchant la reconnaissance ou l’appréciation de ce que nous sommes ou avons fait, nous restons tributaires du regard de l’autre et souffrons quand il ne reflète pas, ce que nous escomptions !

Reconnaître notre dimension essentielle, la prendre en compte pour accorder, autant que faire se peut, notre quotidien et nos différents corps à sa petite musique, aide à s’émanciper des comportements et des jugements de l’autre, pour s’en remettre à la bienveillante vibration qui est nôtre. Ainsi se crée un mouvement de connivence entre nos instances intérieures nous menant au plus près de ce qui semble juste à chaque temps de l’existence.

Faire au mieux dans cette alliance encore fluctuante, tirer les leçons des difficultés qui surgissent, les surmonter sans se blâmer, et s’atteler inlassablement à trouver les chemins de l’union jusqu’à sa réalisation pleine et entière. Alors les aléas du quotidien sur lesquels s’enlisent notre émotionnel et notre personnalité égoïste, sont dominés ; alors, seuls comptent les accords trouvés sur ton d’essentialité et syntonie d’ensemble.

Sortir du « moi je », pour être là où l’attente n’est plus un moteur ; adopter une fréquence d’accueil pour découvrir, à chaque instant, de nouvelles zones où cultiver le plus beau commun accessible, affranchit de toute déception. Celle-ci vient toujours de l’attente, mais derrière elle, une bonne nouvelle ! Une seule petite lettre la différencie de la réception qui, à l’inverse, propose non d’attendre mais d’accueillir. Passer du « d » au « r » peut s’inscrire sur nos feuilles de route ; en allant de l’attente à l’accueil pour rejoindre le diapason de l’essentiel, nous quittons le terrain des déconvenues et des vécus d’injustice.

En donnant le meilleur, dans ce que nous pouvons être, faire, sans critiques ni culpabilité, en s’accordant au plus près de la note d’ensemble que nous reconnaissons, en tirant les leçons de chacune des expériences qui illuminent le présent, en transmettant les énergies les plus subtiles que nous savons traduire et en cultivant l’innocuité, nous pouvons passer sans souffrir de la déception au contentement.

Encore faut-il renoncer à l’importance du moi pour se mettre au service du nous en constante mutation. Là est la richesse de nos possibles, les nouveaux gisements à exploiter pour que prospère notre humanité.

 En reléguant la déception au rang d’hier pour accueillir l’essentiel qui cherche à se dire, à toute heure, sous toutes les latitudes, le long de toutes les longitudes des infinies expériences qui se déroulent sur Terre, nous répondons à une invitation du nouvel âge…

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search