En confiance !

 In La rubrique de Frédérique

Se fier ensemble à ce qui est essentiel, à ce qui est en mesure de faire fructifier de plus justes rapports humains, voir l’être en chacun offrant à la communauté, le meilleur des possibles.
Nouvelle donne qui relègue les peurs aux oubliettes pour faire croître la confiance et découvrir notre profonde humanité.

C’est pour demain ! Mais c’est en marche pour peu que nous osions quitter les rives du personnel pour rejoindre celles des projets qui englobent toujours plus grand que nous.

 La confiance est une déclinaison de l’amour, une mise en œuvre de cet état d’être au goût d’unité qui abolit les frontières du différent pour reconnaître le spécifique au sein de la globalité.
La confiance inclut tous les particuliers et tente de les marier pour que de leur union surgisse le préférable.

Parfois tapi sous les décombres de l’intolérable, l’amour gît sous les événements du temps.
L’intolérable donne la mesure de notre inhumanité, de notre difficulté à aimer ; le percevoir, le dénoncer n’est qu’un des murmures du « ce qui doit être » cherchant à s’imposer.
Confiance !

L’intolérable est ce qui génère les inégalités, le mépris et l’utilisation des uns par les autres à des fins d’avoir, et de pouvoir.
Il devient criant et découvre les « trop » et les « trop peu » d’une logique marchande qui profite à certains, ruine les autres et fait fi des besoins fondamentaux de toute une partie de l’humanité.
Les abus existent ici ou là, ici et là ; ils sont dénoncés par ceux chez qui l’être se dévoile; ils sont promus par ceux qui donnent la primauté à l’avoir, se méprenant sur le sens fondamental de l’existence.

Il est capital que le grand capital soit mis au service de tous, car cet avoir a le pouvoir d’éradiquer la faim dans le monde, les multiples épidémies et la plupart des inégalités. Il est urgent de développer l’éducation pour permettre à chacun de penser son futur, de penser le monde et de penser l’évolution.

Si cette vision reste embryonnaire, elle est en passe de créer plus de justice sociale, là où règnent l’inégalité et les différents crimes qu’elle génère.
L’avenir devient ce que nous pensons ; en œuvrant pour faire de l’avoir un auxiliaire au service de l’être, nous le construisons en confiance,
Ensemble cela devient possible.

En cultivant la reconnaissance, en se déplaçant sur le terrain de l’autre, en sortant de nos prés carrés, nous découvrons des terrains d’entente, manifestations de l’être alors que nos prés carrés restent des campements sur l’avoir.

Le pouvoir est un avoir ; pouvoir de la finance, pouvoir des syndicats, pouvoir des forts mais aussi pouvoir des faibles ; quand on se cantonne à l’avoir ou pas, on rentre dans une logique comptable, dans une logique guerrière où les chiffres deviennent des glaives qui défendent certains et mettent à mort les autres.

Etre, conduit à sentir l’universalité de notre communauté au sein même de notre intériorité. Ce n’est pas tout accepter, mais percevoir au delà des faits, l’essentialité en tout ce qui existe et contribuer ainsi, à faire croître ce capital fondamental de l’humanité.

Confiance !

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search