Étonne-toi

 In La rubrique de Frédérique

ateau

Si tu ne t’étonnes pas, c’est que tu ne regardes pas !

Tout ce qui nous est donné à voir, à percevoir traduit le merveilleux de la vie.
Qui a pensé les saisons, leur rythme et leur ordre intelligent ?
Qui a pensé la germination, la croissance et la magie du vivant ?
Qui a pensé l’intelligence qui s’exprime dans les petites et les grandes choses du monde ?
Qui a pensé l’interdépendance des systèmes et leur articulation solidaire ?
Qui a pensé à inventer la joie de l’être… et les déclinaisons de son absence ?

Chaque jour les couleurs déploient leur palette de nuances et nous traversons le décor de nos existences sans réaliser l’étendue de leurs dégradés. Ils révèlent pourtant une beauté que nous ne voyons plus. Mais c’est à d’autres dégradés que nous nous attachons, pleurant sur la splendeur passée de ce qui se délite.

Tout ce qui t’es permis de voir est là, offert, sans retenue, prêt à se laisser prendre dans le regard de ton cœur.
Si tu ne t’étonnes pas, tu as perdu le goût de larguer les amarres.
Si tu ne t’étonnes pas, la gratitude t’a quitté et son deuil te maintient dans les limites d’un connu qui te sert de guide.
Si tu ne t’étonnes pas, tu tournes en rond en te donnant l’illusion d’un mouvement.
Si tu ne t’étonnes pas, les sons qui te parviennent parlent d’une histoire passée, les tableaux que tu regardes sont ceux de souvenirs qui occultent de nouveaux paysages pour mieux
se préserver.
Si tu ne t’étonnes pas, tu ne participes pas à l’avènement d’un futur désirable, car le futur suscite l’étonnement, à défaut il est répétition.
Si tu ne t’étonnes pas, tu ne t’engages pas, tu mets tes pas dans ceux de Normal qui prend goût à ce que rien ne l’étonne et ment secrètement au cœur d’une apparente vérité.

Tu peux t’étonner du beau, du laid, du juste, de l’injuste et chaque fois interroger un monde qui n’est pas uniquement le décor de ta dramaturgie.
En prenant soin de déchiffrer le livre de ce que nous pouvons connaître, nous optons pour de nouveaux points de vue et nos regards embrassent ainsi inlassablement, un monde plus grand.
Si tu ne t’étonnes plus, c’est que le livre ouvert sur les savoirs, les découvertes et la route du devenir s’est refermé et que tu as rangé ta curiosité dans les méandres du passé.

L’encyclopédie de la vie ouvre ses portes et propose une lecture du sens de notre incarnation ; l’étonnement est un témoin de vie.
Sur le tableau d’affichage de notre humanité, son extinction informe d’un danger. Mais faute de clignotant, nul ne s’alarme ! Pourtant si tu ne t’étonnes pas tu cours droit au pays des zombis.
Rien d’étonnant à cela.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search