Histoire d’amour

 In La rubrique de Frédérique

S’aimer sans forcément s’apprécier, sans chercher à se capter, ni à s’utiliser sur un plan ou sur un autre est un chemin de désengagement personnel.

Qu’est-ce à dire ?

S’aimer sans forcément s’apprécier, c’est se reconnaître dans toutes nos dimensions, avec nos qualités, nos travers, notre place sur le chemin et la certitude que l’autre, comme nous-même, fait de son mieux en fonction de sa progression singulière.
Faire de son mieux n’est pas synonyme de réussite à coups sûrs, mais d’intention de surmonter les blocages qui se présentent sans cesse et de manière variée pour nous permettre de les dépasser.

Cela implique évidemment une mise en perspective de l’évolution, des épreuves et des étapes conflictuelles qui nous sont proposées pour aller au-delà de nos attentes, de nos désirs, de nos plaisirs, de nos espoirs et de nos déceptions personnels.
Cela suppose de percevoir nos failles narcissiques et de comprendre en quoi elles résultent de l’incompréhension de notre nature essentielle.

Impossible de combler les failles par le biais de l’avoir ! Cela exige de passer du côté de l’être. Toutes nos tentatives pour panser les blessures, ne pourront nous permettre d’aimer l’autre, faute de comprendre les multiples différends réels, imaginaires, subtils, manifestes, actuels, karmiques qui nous opposent.

Aimer l’autre, c’est le regarder avec indulgence, bienveillance malgré toutes les erreurs, noirceurs, nuisances que nous identifions.
Ne rien attendre de quiconque, mais exiger de nous-mêmes cette position de reconnaissance, de non condamnation qui n’est en rien caution de ce qui est ! Regardons-nous et voyons nos difficultés à dépasser certains états !

L’autre a les mêmes, sur des niveaux parfois différents, éventuellement dans d’autres domaines, avec des expressions divergentes et des mal-être particuliers.
Se reconnaître et reconnaître l’autre comme un être en chemin traversant des épreuves et des situations plurielles pour en comprendre le sens et découvrir combien leurs résolutions sont une expression de service.

Nul ne peut faire l’économie de cette traversée.

L’autre est un frère, une sœur qui peut être cruel comme nous savons l’être ; dépourvu de bon sens comme nous pouvons l’être ; totalitaire comme nous le sommes aussi parfois ; menteur, manipulateur, fourbe, pétri de peur, mais aussi sympathique, ouvert, en quête de beauté, de vérité, de confiance, comme nous…
Nous n’en sommes pas toujours conscients !

Aimer sans s’apprécier, c’est reconnaître avec l’indulgence du cœur que nous sommes tous embarqués dans une histoire commune où chacun a ses propres énigmes à résoudre, le temps de cette existence qui nous met en rencontres, et que les sentiments qui nous animent, ravivent.

Qu’avons-nous à comprendre ? Qu’est-ce qui nous unit dans nos sympathies comme dans nos antipathies ? En quoi nos présents sont-ils porteurs d’éléments d’évolution pour la croissance de l’amour sur Terre ?

Approchons le respect et la tolérance. C’est en transformant nos rancœurs comme nos admirations en point de compréhension que nous sommes passeurs d’intelligence capables de révéler la beauté du monde et la magie de son ordonnancement.

Tout ce que la Vie nous présente contient une opportunité de progrès. Ouvrons l’œil, le cœur, afin de nous aimer, même lorsque nous ne nous apprécions pas !

Recent Posts
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search