Histoire de voyelles

 In La rubrique de Frédérique

Il est né le divin en nous qui cherche à faire croître et à transformer les contrées qui nous accueillent afin que nous les illuminions.

Entre devin et divin, juste une petite lettre qui donne au mot sa force particulière selon que l’on passe du « i » intérieur au « e » extérieur.

L’expression d’une source de lumière en provenance d’un intérieur ou d’un extérieur n’éclaire pas les mêmes abîmes, ne dévoile pas les mêmes chemins sur lesquels poser nos pas incertains ou déterminés.

Le devin cherche dans les signes extérieurs, les indices permettant de répondre aux circonstances et aux interrogations que propose la vie ; il donne des réponses claires, obscures ou énigmatiques aux questions qui nous tracassent, quand il ne se targue pas de rétorquer sous forme de devinettes !

Le divin fait de même, sans parole … adieu les devinettes, bonjour les « divinettes » !
Il demande que nous apprivoisions l’indicible pour pouvoir décoder les messages qu’il délivre. L’intime conviction intérieure, en l’absence de mots pour dire ce que nous aimerions entendre, oriente nos choix, faute de preuves tangibles sur lesquelles s’appuyer.

Ces passages du « e » au « i », du devin au divin, de l’extérieur à l’intérieur et de l’intérieur à l’extérieur, forment des cycles d’éveil, de maturation, d’action et d’intégration.

Tout ce qui s’appréhende au plus profond de notre intériorité doit s’épanouir à l’extérieur ; tout ce qui se comprend dans l’extériorité doit cheminer et transformer nos intérieurs comme le souffle passe en permanence de l’intérieur à l’extérieur chargé des qualités particulières de l’air que nous exhalons ou de celui que nous inhalons et réciproquement.

Osmose permanente qui fait passer d’un monde à l’autre pour nous permettre en tant que cellules de la Terre d’apporter notre part intérieure à l’extérieur qui nous contient, tout en étant nourris intérieurement par l’extérieur qui nous accueille.

Inspiration et expiration, deux autres mots dont les préfixes varient autour d’un « e » et d’un « i ». Ils prouvent une nouvelle fois notre dépendance intrinsèque au milieu environnant.
Notre responsabilité à le préserver, à l’anoblir, à le révéler oblige chacun en son intériorité à cultiver le beau pour le bien de la communauté.

C’est une histoire de voyelles, mais pas que…
C’est aussi une histoire qui nous parle de ce que nous voyons au cours de nos voyages aux pays de l’introspection ou de la socialité, quand nous osons aller au delà des mots, percevoir ce qui se dit du côté invisible de la vie.

Ce n’est que dans le silence du recueillement que se perçoit la lumière intérieure. Cette approche exige de quitter l’ambiance paillettes, forme païenne et marchande, de l’offre de Noël pour suivre une étoile, celle qui mène à notre divinité intérieure à soigner pour mieux la rayonner.

Alors, devin ou divin ?
Joyeux Noël

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search