Interdits

 In La rubrique de Frédérique

Selon qu’on le prend au pied de la lettre, ou qu’on cherche à entendre ce qui se dit entre les mots, nous accédons à des compréhensions variées qui témoignent de nos états de conscience. Nombreux sont les quiproquos résultant de nos écoutes, de notre façon d’interpréter les mots, les textes à la faveur de notre note interne.

L’interdit quand il s’adresse à l’homme encore en enfance, peut être barrière de protection permettant de prendre la mesure d’un danger potentiel physique ou psychologique.

Progressivement, l’éducation aidant, l’évolution suivant et la compréhension croissant, l’interdit s’intériorise ; non à la façon d’un conditionnement mais telle une intégration salutaire permettant de repousser les limites du possible en toute conscience. Il se transforme alors, en écoute vivante, en écoute sensible de ce que chaque instant, chaque situation permet, si l’on se met au diapason de l’ensemble auquel chacun parvient selon l’horizon accessible à son champ de vision.

L’interdit est alors une zone de friche qui demande à être pénétrée, débroussaillée puis cultivée de fleurs relationnelles.
Oublier que l’inter-dit existe est alors une limite qui nous enferme dans nos perceptions formelles, nos habitudes et nos a priori.

De protecteur qu’il était, en habit d’interdit, l’inter-dit nous pousse à voyager toujours plus loin au niveau du subtil, pour pénétrer toutes les zones de silence où se greffent les nouveaux possibles sur les socles du présent.
L’inter-dit est un dialogue subtil, actualisé en soi comme au-delà de soi, en groupe comme au-delà du groupe pour réussir à toucher les zones de créations communes qui pourront générer un futur qui appartient à tous et non plus simplement à quelques-uns.

L’inter-dit c’est aussi la rencontre de l’invocation et de l’évocation, la création qui surgit de cet accueil et de cet aller vers, qui est à la fois intra et inter systémique.
Accueil et aller vers, deux expressions de l’amour qui peuvent se conjuguer à de multiples temps sur de multiples plans, dans les interstices du champ vital dans lequel nous baignons.

L’inter-dit, c’est aussi ce qui se dit par intermédiaire. Ce qui se propage quand nous nous mettons à disposition de ce qui cherche à se dire, quand nous cherchons à traduire par l’écoute intérieure les murmures de l’âme et ceux des plans subtils.
Autre façon d’accueillir et d’aller vers, prédispositions indispensables au rayonnement de ce qui nous est délicatement proposé de relayer.

De l’interdit à l’inter-dit, un chemin de conscience et de responsabilité qui témoigne de l’amour et de l’extrême bonté dont fait preuve l’évolution derrière tous les travers qui nous sautent aux yeux et nous aveuglent par la souffrance.

Il n’est plus interdit d’interdire, mais il est fortement conseillé d’aller voir entre les dits, pour chercher toujours plus à comprendre ce qui nourrit notre communauté.

Recent Posts
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search