Libre échange et juste répartition

 In La rubrique de Frédérique

Le libre-échange devrait être sans attente, et ne viser aucun retour sur investissement, à moins d’aliéner sa liberté. Mais, mais…
Selon le niveau où il opère et son domaine d’application, il est troc, action globale et solidaire, gestion particulière ou collective des énergies à collecter, à distribuer, à accompagner, avec parfois quelques bénéfices escomptés !

Il invite à nous pencher sur ce qui semble le définir, la liberté et l’échange.

Qu’avons-nous en partage, que pouvons nous échanger ? En négligeant de questionner notre rapport à l’avoir, nous oublions que rien ne nous appartient véritablement. Cela s’illustre jusqu’aux éléments qui nous constituent ; ceux-ci nous ont été prêtés et nous les rendons à la Terre, à chacun de nos décès, après avoir fait fructifier avec ou sans brio, ce avec quoi nous sommes nés, dans une incarnation particulière.

La mort interdit d’exporter vers l’au-delà, les trésors matériels accumulés à chaque passage terrestre. Ceux-ci sont inutiles pour la vie suivante ! Nouvelle façon d’envisager l’obsolescence programmée qui devrait nous permettre de penser l’existence avec plus de sagesse !
Seules persistent les capacités de l’Etre qui a crû, en tirant avec plus ou moins d’ardeur, les leçons des expériences vécues.

Sur le chemin de progrès, le libre-échange implique de nous connaître, de tenir notre place, d’évaluer ce que nous avons à offrir et de le mettre à disposition, en fonction des besoins, sans souci de profit.

Bien que nous ne le réalisions pas toujours, ce libre-échange existe d’âme à âme, sur le côté subjectif de l’existence ; il s’exerce parfois au niveau mental, dans les mondes des sciences ou de la philosophie qui concourent à éclairer la communauté, en diffusant les lumières qu’ils découvrent à qui cherche à les voir.
Il est quasi inexistant quand il s’agit d’avoirs et d’acquis matériels car toute thésaurisation l’entrave sérieusement. De même, dans le monde des désirs et des émotions, où il reste égoïste !

Sommes-nous véritablement libres quand nous échangeons, au quotidien, nos idées, nos ressentis, nos savoirs, nos actifs et nos biens ?
Quels savants calculs faisons-nous sur les dividendes que nous tirerons de nos opérations ? Pourquoi dire ceci ou cela ? Faire ceci ou cela ? Sommes-nous toujours conscients des attentes cachées derrière nos engagements ?

Tant que nous nous mouvons dans une logique comptable et personnelle, nous serons incapables de passer d’un libre-échange à une juste répartition.
Celle-ci exige la reconnaissance de chacun par tous et de tous par chacun ; une confiance qui, seule, permet d’offrir le meilleur à la communauté sans chercher de retour pour soi-même.
La libre circulation permet alors à de prendre selon les besoins, les nécessités, ni plus, ni moins, dans une répartition harmonieuse tenant compte de l’ensemble ; l’énergie peut alors, circuler librement.

Cette conception est en passe de faire des émules.
L’air que nous inspirons est un bien commun ; réparti sur l’ensemble de la planète, chacun l’hume à sa mesure. Impossible de le stocker et d’en déposséder les autres; Nous avons là, une expression du libre-échange et de la juste répartition qui interdit tout cumul. Il en est d’autres…

C’est en connectant notre appartenance au Tout que nous pouvons embellir nos échanges sur les plans matériels et subtils et cultiver ainsi, sur des terres toujours plus vastes, l’art royal des justes relations. Simple, non ?

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search