Mots à jouer et à déjouer

 In La rubrique de Frédérique

Maudits mots dits, qui traduisent autant qu’ils travestissent les échos que nous répercutons de nos séjours dans des dimensions plus ou moins subtiles.
Ils sont les instruments témoins de moments particuliers … Et si les mots mentent, ils disent aussi quelque chose d’une vérité qui cherche à se dire tout en restant cachée.

Sur le fil entre dire et taire, les mots se séquencent ; à la manière des pointillés, ils nous indiquent un chemin à emprunter pour y découvrir de nouvelles contrées.
Ainsi va la communication…
Maudits mots dits
Maudits mots tus
Motus et bouche cousue ou modestes compositions qui transmettent autant que faire se peut ce qui relie au-delà du visible.

La communication soutient le lien, le liant entre les lieux, les parties, les espaces qui se dévoilent. La communication est toujours tentative de rejoindre l’autre à un niveau ou à un autre.
Avec les mots, nous cherchons à nous unir ou à nous désunir, sur le plan des idées, des projets, des émotions décodés avec plus ou moins de brio ; les mots disent, révèlent et trahissent aussi, dans la douceur ou l’apparente harmonie comme dans la violence.

Les mots sont secondaires car ils suivent toujours un constat, un émoi, une pensée ; ils peuvent être employés de façon primaire, sans précaution, non plus pour transcrire mais pour blesser.
Pour le coup, nous pouvons les maudire, car les blessures restées invisibles ne se cicatrisent pas toujours…

Les mots peuvent panser ; Il faut savoir alors en user avec délicatesse, ils bercent et apaisent quand ils sont joliment dits.
Là encore ils s’inscrivent dans l’espace qui nous met en lien avec l’autre et nous permet de le reconnaître.

La communication est toujours l’expression du passage de l’un à l’autre, des uns aux autres, le long des fils d’une toile sur laquelle s’écrit et se déploie l’histoire de tous les terriens.
Même l’ermite dans le silence de sa grotte communique avec lui-même. Sans mots apparents, le dialogue intérieur existe et dans l’espace vierge de ses pages intimes, les mots s’expriment et permettent de pénétrer le cœur de sa recherche.

Les mots pour se dire et se comprendre, ont besoin de ponctuation, de respirations. Ainsi s’insinue dans les soupirs, ce qui ne peut être exprimé mais qui raconte au centre de l’échange d’autres dits, d’autres liens. Dans cette alternance de mots tus, de mots dits, de silences, de points de suspension, d’exclamation, d’interrogation, il n’y a pas de point final. Juste une histoire qui se déroule dans laquelle nous prenons place pour l’écrire et la dire, pour faire de nos vies des romans empreints de poésie et de conscience.

Jouer avec les mots,
Les momies,
les moments,
les maudits,
les molécules, pour danser avec tout ce qui nous entoure et communiquer avec chacune des particules avec lesquelles nous sommes en lien au-delà de tous nos entendements.

Derrière ceux-ci, des mots qui cherchent aussi à se dire, à se faire entendre…
En ce temps de printemps, sautons à saute mots dits, pour entrer dans les suspens de la ponctuation qui président au sens de ce qui s’inscrit !
Jeux légers, légers mots pour fêter comme il se doit les Gémeaux qui, cette année, redoublent de présence.

Recent Posts
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search