Opérations

 In La rubrique de Frédérique

Certains sont réfractaires à l’arithmétique et se croient inaptes à poser des opérations pour les résoudre au mieux. Or, nous passons nos vies à opérer dans de multiples domaines, sans toujours le réaliser.

La chirurgie ne s’y trompe pas quand dans une intervention, elle coupe, retranche, rajoute, multiplie les liaisons pour rétablir d’éventuels ponts entre tissus à réunir.
Tout participe à une opération et nous croyons échapper aux mathématiques !

La différence n’est pas la résultante d’une soustraction ; elle est l’apparence de la multiplicité des choses, des états, des valeurs, des êtres en chemin. Elle nous permet de découvrir à partir des parties hétérogènes, l’addition de tous les éléments qui constituent un monde.
Différences de points de vue dont aucun n’est à exclure pour comprendre un groupe dans sa globalité ; différences de cultures pour enrichir notre appréciation de l’humanité dans son ensemble ; différences de savoir-faire qui préparent à la coopération.

Que serait un monde de clones où chacun n’aurait qu’une seule et même pensée, un seul et même émoi, une seule et même compétence ?
Un monde sans différences est un monde stérile. Et c’est là qu’apparaît l’urgence de sortir d’une pensée unique qui ne peut être que mortifère.

Tout dans l’existence est une opération.
C’est une opération que de se lever, de manger, de travailler, d’aimer, de collaborer, de construire, de défaire, de faire et même de ne pas faire ; une opération qui donne des résultats plus ou moins ajustés à la recherche d’une solution ou d’une direction à notre destinée.

Diviser pour mieux régner est une opération à laquelle nous nous attelons parfois.
Multiplier les non-dits, les paroles porteuses de sens, de vérité ou les rumeurs en est une autre.
Additionner les bonnes ou les mauvaises nouvelles aux éléments à retenir d’une situation dont on cherche à sortir ou pas, en est encore une autre.
Soustraire, enlever, couper ce qui n’a plus lieu d’être ou se soustraire à une action de bien commun en se retranchant d’un possible engagement pour conserver notre confort, sont encore et toujours des opérations.

Nous passons notre vie à poser des opérations plus ou moins justes, à résoudre des problèmes plus ou moins importants pour nous-mêmes ou le collectif, croyant parfois que le calcul n’est pas pour nous ! Grosse erreur !
Toutes nos opérations conscientes et inconscientes donnent un résultat qui participe à l’état du monde.
Toutes nos opérations affichent une grande équation qui s’articule au juste, au beau, au vrai quand il s’agit d’opérations qui concernent l’ensemble mais peut aussi soustraire au bien commun, priver le plus grand nombre au bénéfice de quelques uns.

Quelles sont les opérations que nous posons sur le cahier de nos quotidiens ?
Participent-elles à la croissance du bien, à l’amélioration où renforcent-elles les divisions qui augmentent les séparatismes ?

La différence est une richesse ; elle ne revendique pas d’exister au détriment de l’autre quand elle ne se cantonne pas à la soustraction.
L’addition l’est aussi tout comme la multiplication quand il s’agit d’unir ce qui sert le collectif.
Quant à la division qui s’attache à diviser toujours plus l’intensité de la souffrance, elle amenuise le mal et donne aux probabilités toute leur beauté.

La vie est un vaste registre de comptes où s’écrivent toutes les opérations que nous accomplissons ; nous aurons à comprendre les leçons de nos erreurs ou à en rendre compte, un jour.
Autant donc commencer à les éviter sans attendre ! Innocuité quand tu nous tiens…

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search