Ouverture au possible

 In La rubrique de Frédérique

La logique sait que les enfants d’aujourd’hui construiront le monde de demain. Mais le feront-ils en perpétuant les idées et les principes que nous leur inculquons renforçant ainsi un conservatisme stérile ou pourront-ils puiser dans l’éther des potentiels, pour initier depuis la source des connaissances, une ronde de renouveau.
Tout tourne dans le système solaire, la Terre tourne sur elle-même dans une révolution à jamais la même et pourtant toujours différente ; la roue des incarnations fait de même et nous avons à entendre, traduire et appliquer ce que les énergies subtiles cherchent à manifester.

Cela demande de développer une autre écoute ; une écoute au-delà des mots, une écoute de l’inconnu, une écoute qui se laisse surprendre sans se laisser berner par l’impossible.
Celui-ci n’est qu’un possible en devenir qui surgit en négatif afin d’être pensé et accompagné jusqu’à sa parution. Mais il exige que nous y consacrions notre énergie, le temps nécessaire à sa maturation sans jamais céder au vouloir immédiat.

Dans les mondes invisibles, demain se densifie progressivement et prendra forme conformément à la puissance de nos intentions, car, sans vision d’avenir, l’utopie ne peut se frayer chemin jusqu’à nous. Elle survient quand les forces de nos vouloirs et de nos pensées se mêlent, pour forger la trame du souhaitable à modeler en inéluctable.

L’utopie séjourne dans les espaces subtils du mental abstrait que nous pénétrons par la pratique méditative ; elle s’installe sur les ailes des idées pour parvenir à une formulation qui se fera objectif et mobilisera notre puissance de création. Cela s’appelle penser ; penser et non disserter sur des notions avec lesquelles nous sommes en phase ou en rejet ; penser et non comparer différentes thèses entre elles ; penser et non rêver vaguement, mais imaginer les retombées des bribes de connaissance que le monde mental distille à mesure que nous savons l’entendre.

Les enfants sont les constructeurs du monde de demain et il nous revient de les éduquer, de les conduire hors de l’actualité d’hier, pour les aider à manifester le futur qu’il leur appartient de créer. Attention, cela peut bousculer, cela va bousculer, et c’est heureux ! Qui ne bouge pas s’encroute et cristallise. Les vieilles idéologies sont anti progressistes, elles bornent les espaces de nos évolutions et les limitent au cadre qu’elles ont construit.

En osant accompagner les enfants vers leur pleine réalisation, et non vers ce que nous pensons devoir être leur réalisation, nous acceptons la surprise et accueillons la vie et ses rebondissements. Cela demande ouverture et détachement ; nos trouvailles, nos avoirs, nos pensées fussent-elles géniales doivent laisser place au renouveau enfanté par les êtres que nous avons accueillis physiquement, mais qu’il faut aussi accueillir sensiblement, mentalement et essentiellement.
C’est ce pour quoi ils nous ont choisis. Sachons nous laisser enseigner par les situations portées par les jeunes générations. L’éducation n’est pas unilatérale ; elle est un cycle permanent d’ouverture de conscience pour tous, la voie royale du renouveau.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search