Pas de Sage

 In La rubrique de Frédérique

C’est en se laissant pénétrer par l’essentiel que nous pouvons l’incarner. Après le temps d’hiver, où les corps se préparent à accueillir les nouvelles énergies, nous voilà au printemps, aux premiers temps d’un renouveau qui voit jaillir la beauté au sein de la nature. Cet élan est présent sur les réseaux subtils ; à nous d’en être les récepteurs, les traducteurs pour faire éclore le beau dans le cortège des relations humaines.

Nous sommes des passeurs et Pâques est un passage qui nous est offert pour que nous puissions assumer notre rôle dans le grand manège de l’évolution.
C’est à nous d’accueillir, après la purification du carême, les énergies et les idées mises à la disposition de l’humanité par les Frères aînés qui traduisent le dessein et nous le rendent, par bribes, intelligible.

Premier temps de réception, d’union, de transformation délicate pour accorder notre action à ce qui nous semble devoir être.
Le risque de nous tromper est grand quand nous ne nous référons qu’à nous-mêmes ; mais ensemble, nous pouvons tenter de décoder ce qui doit être pour être au plus juste d’une traduction qui est encore balbutiante.

Traduire ensemble évite de se fourvoyer dans un non-sens, un faux sens.
Traduire ensemble permet d’entendre les multiples sens, les multiples facettes qui reflètent tous un éclat de la lumière qui cherche à se dévoiler, à éclairer et à guider notre action commune.
Pour que l’action soit juste, elle doit être action pour la communauté, action visant le bien du plus grand nombre et non action commune menée par certains au mépris d’autres approches.
Sans ensemble, nous courons dans le mur, dans l’enfer de la séparativité et des combats qui isolent toujours plus celles et ceux qui ont pour mission d’unir.

Le Bélier représente symboliquement l’impulsion divine. Tout est déjà contenu dans ce jet initial qui va se révéler au fil du temps, mais tout est là, dès l’origine.
L’initiative céleste qui se fraie un passage jusqu’à la Terre, passe par le mental humain qui, en se perfectionnant pas à pas, devient relais du mental divin.

Après les ajustements des Poissons, le chemin des nouvelles donnes, des nouveaux élans s’est ouvert et oriente le parcours à venir.
Il invite à une intériorité inspirée, à une présence sensible afin d’accueillir ce qui est perçu, et se distancie d’une réactivité immédiatement exprimée au moindre toucher.

En Bélier, il s’agit de se relier au Bien, au Beau, au Vrai.
Bête à cornes ou belle antenne, il s’agit de savoir ce que ces attributs nous disent car le Bélier est une énergie d’abstraction quand nous la vivons dans sa subtilité.
C’est le signe de la création et de la coopération au plus haut niveau, le début d’un cycle où ce qui cherche à s’incarner se dessine sur les espaces vibratoires plus élevés.

Incarner le Bien, le Beau, le Vrai nécessite d’abord de les toucher, non de les créer à l’aune de nos conceptions particulières.
Penser, amène à traduire des vibrations en idées.
Quand ce sont celles qui viennent du ciel, nous créons divinement. Quand ce sont celles qui viennent de notre émotionnel, nous créons diaboliquement car nous séparons. Alors, nous faisons la guerre pour valider nos agir et nos valeurs, pour généraliser ce que nous pensons important plutôt que de traduire ce que nous avons touché au niveau global et qui cherche à s’appliquer à l’ensemble sans distinction.

Ce qui vient du haut, doit bénéficier à tous ! C’est une indication…

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search