Penser crée l’avenir

 In La rubrique de Frédérique

Réagir manifeste un état de contentement ou de mécontentement en fonction de ce qui s’exprime extérieurement.
Lutter contre un courant épuise et s’avère souvent contre-productif, quand suivre le courant, voir où il nous mène, permet d’épargner nos forces pour les utiliser au mieux en fonction des opportunités qui se présentent.
Vouloir sauvegarder les acquis aveuglément, c’est faire fi de l’impermanence des choses et des états.

Les catastrophes naturelles, les accidents, les guerres montrent à quel point nos attachements peuvent voler en éclats d’une minute à l’autre et nous laisser exsangues.
Nous continuons pourtant à nous recroqueviller sur nos près carrés, enfermés dans l’étroitesse de nos points de vue. Ceux-ci excluent le collectif tant ils conçoivent les intérêts par la lorgnette du particulier.

Penser suppose une vision globale, réagir répond à une vision individuelle ou corporatiste.
Quand nos corporations humaines seront plus importantes que nos corporations professionnelles, que nos appartenances nationales, nous deviendrons les ouvriers du bien commun, oubliant notre confort individuel pour celui du plus grand nombre.

Plutôt que d’empêcher le changement, participons-y en donnant le meilleur de nous-mêmes et non en exigeant le meilleur pour nous-mêmes.
C’est la proposition qui nous est faite aujourd’hui, choisir de s’opposer ou d’utiliser son énergie à un acte créateur, choisir de veiller au bien dans nos actions quotidiennes avant de vouloir considérer que le mal vient d’ailleurs, avant de vouloir l’éradiquer.

Quand nous comprendrons que la divergence de point de vue est une richesse et non un désastre, quand nous comprendrons combien il importe d’amener du bien, du bon, du vrai au sein de nos relations, quand nous comprendrons que penser est un acte créateur et qu’il est donné à tous, l’opportunité d’apporter sa pierre à l’édifice commun plutôt que de vouloir détruire les murs qui se construisent, nous comprendrons ce qu’aimer veut dire.
Nous comprendrons que le motif ajusté à l’ensemble permet de créer de justes relations et de faire advenir un monde où tous seront pris en compte à la mesure de leurs besoins, et où chacun pourra être accompagné sur le prochain pas qu’il a à faire sur le chemin de l’autonomie.

Autonomie d’existence, autonomie de ressenti, autonomie de pensée, loin des opinions qui sont des prêts-à-penser, des prêts à sauvegarder le passé pour ne pas avoir à revisiter nos habitudes de vivre et de fonctionner. Autonomie responsable pour épouser le flux évolutif et non alimenter le marasme de l’immobilisme.

Le salut ne vient pas de l’extérieur mais de notre intériorité et de la richesse de ses potentiels, actualisés dans le don et non dans la revendication.
Avis aux amateurs, penser permet de franchir la frontière qui occulte l’amour.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search