Pensons au delà des cadres

 In La rubrique de Frédérique

C’est en sortant des références connues que nous pouvons innover et utiliser les problèmes comme révélateurs de solutions. Quoi de plus génial que de découvrir de nouvelles approches qui ne nous auraient jamais effleurés si nous n’avions pas été confrontés à une difficulté ? Mais pour jouir du bonheur de résoudre un bug, nous devons nous départir des a priori et des préreprésentations qui nous enferment.

L’énigme des neuf points à relier par quatre segments de droite sans lever le crayon l’illustre et chacun(e) peut à l’envie, le vérifier.
Pour trouver les réponses aux questions qui se proposent, nous devons tenir compte du contexte, de l’écran, de la globalité et ne pas nous limiter à ce qui saute aux yeux ou à l’entendement. Car l’évidence aveugle plus souvent qu’il n’y paraît et borne nos visions, nos prévisions, nos conceptions.

Nous ne pouvons inventer de nouveaux possibles sans penser autrement, sans penser plus large, sans penser au-delà pour découvrir l’insoupçonné que nos acquis occultaient en toute innocence.
C’est toujours avec la meilleure intention du monde que nous restons coincés dans nos schémas, rageant de ne pas pouvoir ouvrir les grilles de nos geôles intérieures ou inconscients de leurs présences. En refusant d’élargir le périmètre de nos pensées, inconscients des inconvénients que cela génère, nous inhibons tout élan créateur. La défense des avantages ou valeurs passées devient alors un projet fédérateur sur lequel chacun(e) se recroqueville allègrement, craignant un avenir différent.

Toutes les règles de jeu des sports collectifs sifflent la faute et arrêtent le match si la balle s’aventure hors des limites du terrain. Nous avons intégré ces règles et ces interdits et les appliquons sans même le remarquer. Quand nous y dérogeons, le spectre de l’amende ou celui du retrait de permis de continuer nous étreint y compris s’il n’est pas notifié par des autorités !

Si le cadre permet d’observer les processus à l’œuvre, il faut savoir l’éclater quand ceux-ci se dévitalisent et peinent à renouveler la flamme de l’enthousiasme. Les forces de propositions, les forces d’inventions, les forces d’espoirs, les forces d’ouverture déplacent des montagnes et mobilisent celles des humains qui œuvrent pour le futur. En pensant aujourd’hui, hors des cercles rebattus, l’avenir s’invente. Évoluer à l’intérieur de limites définies sans songer à les reconsidérer entrave le renouveau et encourage les réformes, l’aménagement de l’existant sans que rien ne change radicalement.

C’est là qu’il importe de différencier pensées et opinions. Celles-ci sont nées d’un espace clos où nous ne réinterrogeons plus nos avis. Demain ne peut sortir des opinions, il s’invente à partir de pensées nouvellement éclairées par la lumière, la méditation, la recherche abstraite et l’accueil de l’inédit.
Oser le futur, c’est être présent à ce qui cherche à se penser pour le meilleur y compris lorsque celui-ci bouscule les conforts des différents mondes dans lesquels nous évoluons. Seules une vision globale et une métaposition permettent de découvrir et d’accompagner les germes d’un nouveau monde.

Soyons fous, pensons, plus grand, plus juste, plus vrai, plus lumineux en ouvrant nos espaces de compréhension pour faire surgir demain du hors cadre où nous attendent tous les possibles à révéler…

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search