En route vers la fraternité

 In La rubrique de Frédérique

La fraternité des hommes cherche à se découvrir, tout comme l’égalité et la liberté qui peinent à qualifier véritablement notre communauté humaine.
Nos approches actuelles de ces notions sont limitées par nos états de conscience encore très compétiteurs.

La fraternité nous invite à coopérer en toute transparence à des projets où l’exclusion n’a plus droit de cité. Elle passe par la reconnaissance, le respect, la coopération, la solidarité et l’engagement participatif au bien commun.
Elle demande un effacement de soi sans réticence, quand le bénéfice de l’ensemble l’impose.

Aujourd’hui, elle est encore trop souvent l’expression des frères ennemis qui tirent à hue et à dia pour exiger un bien propre, un territoire ou le triomphe d’une idéologie, et sont déterminés à obtenir ce qu’ils veulent, quels que soient les moyens à mettre en œuvre. La terreur, l’extermination sont les armes des frères qui ont perdu le sens de la coopération et de l’amour fraternel.

Ils s’en tiennent aujourd’hui à des conceptions qui les isolent des qualités fondamentales de l’être humain, explorant par leur fanatisme les côtés les plus noirs de notre humanité.
Ce faisant, ils mettent à jour les faces sombres de l’homme ; en les exposant ils permettent leur expression en pleine lumière, et leur possible transmutation car l’horreur ne peut être éternelle.

Tôt ou tard surgit une once de bonté, de beauté, de vérité présente en tout un chacun. Sur les ruines de la terreur, peuvent alors s’édifier de nouveaux temples élevés au nom d’une nouvelle fraternité.
Toutes les guerres se sont terminées par un armistice. La plupart ont été conclus par un traité de paix qui pose les bases d’une nouvelle alliance, de nouveaux rapports, de nouvelles relations.
Ce sont les pommes de concorde qui suivent celles de la discorde.

Quelle que soit l’horreur du moment, il suffit de nous retourner sur l’histoire d’une civilisation pour voir à quel point, de tous les maux sont toujours sortis un bien pour l’ensemble de la communauté.
Les souffrances individuelles sont énormes, mais la force de la souffrance conduit au désir de paix. Elle révèle l’absurdité des luttes menées pour des valeurs si peu valables que la vanité des combats finit par apparaître.

Il en est de même pour nous, à un niveau particulier. Toutes proportions gardées, nos batailles se soldent toujours par des victoires, des petites paix que nous installons et qui nous grandissent avant d’affronter d’autres dualités que nous surmonterons encore pour atteindre un nouveau palier salvateur et ainsi de suite, de vies en vies.
Malgré les guerres extérieures et les guerres intestines, la paix progresse.

Derrière les fournaises des hostilités, une purification est en cours ; elle nous permettra quand les blessures seront pansées, de penser le monde de demain, autrement, dans une plus grande fraternité, une plus grande liberté, une plus grande égalité.

L’humanité doit définir ses objectifs communs, certains porteurs de ces valeurs sont en train d’émerger et nous demandent de les accompagner.

Recent Posts
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search