Sacrée nouvelle

 In La rubrique de Frédérique

On n’invente jamais rien ! On découvre seulement ce que d’autres ont perçu, semé et mis à notre disposition sur l’espace commun du plan mental.
Fiers, malgré tout de nos eurêka, nous donnons forme aux vibrations que nous avons saisies en les transformant en pensées, en aspirations, en objets qui changeront doucement la face du monde ou pas !

On n’invente jamais rien, mais c’est en nous familiarisant avec les sphères subtiles des mondes essentiels qu’il nous est proposé de créer le futur.
Mais, pas d’emballement ! Ne nous méprenons pas ! Les créateurs du futur n’inventent pas le futur, loin s’en faut ! Le futur ne se brevète pas ; Il appartient à tous et chacun peut, s’il se hisse sur les lieux où séjournent les idées et les idéaux qui en découlent, y prendre part à sa mesure.
C’est à la fois réconfortant et frustrant selon que l’on se situe du côté de l’avancée commune ou de celui de la gloriole personnelle. Nous n’inventons rien, mais nous créons en permanence, avec conscience parfois ou plus souvent, en toute irresponsabilité !

Nous créons un monde de consommation en consommant,
un monde de haine en médisant,
un monde de solidarité en prenant en compte l’ensemble du vivant,
un monde de suspicion en alimentant les peurs,
un monde d’avidité en cultivant le désir,
un monde de discorde en nourrissant la comparaison et la compétition,
un monde de déchets en semant nos miasmes physiques émotionnels et mentaux sur les différents plans de la manifestation.
Et avec ça, nous râlons !

Nous râlons contre toutes celles et ceux qui n’adoptent pas nos points de vue, nos valeurs, nos comportements ajoutant par notre intolérance, une couleur de division à un monde qui n’en manque déjà pas.

Dans cet univers parcellisé où les murs invisibles nous cantonnent à nos doutes ou à nos certitudes, nous feignons d’ignorer notre part active au tableau du monde et nous contribuons à l’enlaidir en y déversant nos plaintes, nos solutions égoïstes, nos revendications et nos rejets.

Mais si nous sommes capables du pire, nous sommes aussi porteurs du meilleur.
Chacun peut, au cours de ce mois où les nuits s’étirent et privent les jours de leur plein éclat, faire croître sa lumière intérieure.
Une lumière qui ne s’attachera pas à révéler les ombres pour s’en désoler, mais une lumière d’espoir qui souffle et attise les étincelles de vie, les étincelles de joie présentes en tout un chacun.
C’est en partageant ces étincelles, en percevant celles qui luisent dans l’œil et le cœur de chaque autre que nous pouvons ensemble, non pas inventer demain, mais le créer car l’amour sur les réseaux subtils, est déjà à l’œuvre.
Sacrée nouvelle qui revisite sacrément autrement, l’avènement du divin quotidien.
Chiche qu’on s’y met pour Noël ?

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt
0

Start typing and press Enter to search