Silence, ça parle !

 In La rubrique de Frédérique

Le silence est l’essence à l’origine de l’espace-temps sur lequel les sons se répercutent en échos.
Dans ce corps spatial et temporel, les vibrations du bruit, du dit léger ou dense, des notes graves ou aiguës, naissent, se développent jusqu’à se laisser percevoir par les sens.
Ainsi prennent corps les réalités, ces criques de réel dans lesquelles nous séjournons en isolant celle qui nous est syntone pour l’instituer Vérité.

Le silence est la matrice cosmique de résonnance et de diffusion des notes d’où se déploient les possibles.
Comme la nuit, le silence dans sa plénitude enveloppe toutes les formes ; il les masque pour mieux voir se découper les multiples ombres des bruits qui se dégagent lorsque notre lumière intérieure s’applique à éclairer la profondeur des ténèbres.
Dans ces nouveaux sons et lumières de nos sphères intimes, les bruits, les formes les plus grossières surgissent sur fond de silence ; l’assourdissant brouhaha de notre émotionnel, de nos envies, de nos peurs, de nos idéaux, de nos espoirs, déchire ce champ silencieux.

Puis viennent des idées, des opinions, des définitions, des bavardages qu’il nous faut affronter sans bifurquer pour rejoindre l’espace où rien d’autre n’existe, qu’une vibration à soutenir, immobile et respectueux. Soutien indispensable pour que la présence muette imprègne toutes nos zones d’expérience, toutes nos cellules constituantes et les colore de cette subtilité pénétrant tous les interstices pour atteindre, in fine, les formes tapies, enfouies qui se réveillent, nous bousculent et nous affectent profondément.

Toutes ces réactions sont les ricochets de lumière qui infiltrent nos différents états et leur donnent l’occasion d’expurger ce qui se trouve encore en embuscade, ce qui reste encore secrètement vivace. Le silence invite à dire, pour évacuer les scories qui entravent son expansion, pour devenir chambre de résonnance à ce qui cherche à se dire des plans les plus subtils auxquels nous sommes sensibles.
Il pénètre les profondeurs de la matière et de l’esprit.

Tout ce qui s’écrit naît de sa trame ; plus nous libérerons cette dernière des bruits inutiles, des mémoires aliénantes, plus la magie de l’esprit occupera cet espace qui nous nourrit et nous incite à devenir véritablement ce que nous sommes.

Alors nous laisserons choir les formes auxquelles nous sommes identifiées, les bruits que nous prenons pour des mots, les mots que nous prenons pour des vérités, les vérités qui servent de certitudes et nous empêchent d’ouïr dans le silence du vivant les échos qui cherchent toujours à ouvrir plus grand notre regard, notre conscience, notre engagement, notre création et notre humanité.

Ecouter le silence et n’avoir rien à dire pour parler vrai, à partir du point d’amour qui nous rassemble tous.
Voilà qui va sacrément réduire nos bavardages habituels et les faux-semblants qui président à nos relations assourdissantes !
Voici, l’occasion d’accepter de n’avoir rien à présenter pour regarder et vivre autrement les liens qui nous unissent.

Sans trop de sérieux, sans trop de légèreté…
Silence ça parle, d’une croissance inédite !

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search