T’as tout juste

 In La rubrique de Frédérique

T’as tout juste ! Sur le papier…
Et un papier, même un papier d’identité ne dit pas grand-chose de notre identité fondamentale !
C’est un papier d’emballage qui trompe énormément. Selon qu’il est papier cadeau, papier journal, papier sulfurisé, papier d’aluminium ou « p’tis » papiers, le contenu qu’il circonscrit peut varier à l’infini.

T’as tout juste sur le papier, mais va falloir apprécier cette justesse, cette justice sur les aires du quotidien !
Va falloir évaluer intérieurement si notre vérité est bonne à dire !

Si l’on se drape dans nos attachements au vrai, elle le devient. Mais cette vérité est-elle juste quand elle doit tenir compte de celles et ceux qui nous entourent ?
Quelle attitude juste, quelle pensée juste, quelle parole juste quand il s’agit de tenir notre note sans condamner qui que ce soit, ni cautionner n’importe quoi ?
Casse tête, casse cœur, qui exige en permanence de se concevoir au sein d’un ensemble dont nous sommes parties et dont nous ne percevons pas clairement les tenants et les aboutissants.

Le plus juste en toutes circonstances, incite à ne rien désirer pour l’autre ; à renoncer à convaincre quiconque de la justesse de nos vues et de nos analyses ; à abandonner toute velléité d’influences ; à considérer que notre point de vue n’est pas indispensable et qu’il est inutile de le partager quand il ne nous est pas demandé.
Le plus juste finalement nous condamne à renoncer à bien des façons de faire ! Va t-il falloir se taire ?
Sans doute !…

Le silence est d’or dit-on quand il emplit l’atmosphère de sa présence sereine et bienveillante, quand il permet d’entendre les mots inaudibles de nos sages profondeurs. Il est aussi de plomb quand il se fait passeur d’interdits qui colorent nos ambiances de sournoiseries, de non dits, de complots ourdis pour des avantages ne touchant que quelques uns…

T’as tout juste, quand tu baignes dans l’accueil et l’innocuité, que tu ne cherches rien pour ton bénéfice personnel et que tu renonces en toutes circonstances à avoir raison.

A partir de là, la parole juste peut se diffuser sur le bon ton. Car il est de bon ton de s’accorder sur une note d’essentialité pour la jouer sur la scène des relations particulières.
Sur le chemin des justes relations, nos couacs nous enseignent autant que nos réussites. Tirer les leçons des uns comme des autres permet d’harmoniser au plus près l’expression de notre être aux circonstances dans lesquelles nous baignons pour traduire au plus juste, la voix de l’âme à l’œuvre.

Ne rien attendre de quiconque, nous installe à la juste place pour échanger au plus vrai, en toute transparence.
T’as tout juste, sur le papier, mais c’est sur le terrain que l’on avance de faux en faux vers des sans-fautes à atteindre. Peu à peu, qui s’ajuste à son essence intérieure, n’attend plus que l’autre le reconnaisse, et jouit de cette autonomie qui rayonne la bonté, la beauté, la joie d’être sans critique et laisse libres celles et ceux qui l’entourent.

T’as tout juste, faut le dire vite !
C’est pas juste de le penser, mais faut juste s’y atteler !

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search