Aventure quotidienne

 In La rubrique de Frédérique

Il y a toujours à notre portée, un possible qui se présente dès que l’œil s’ouvre.
Que découvrir au réveil qui viendrait enrichir notre panoplie de pensées, d’émois, de nouveautés ou d’habitudes ? À quelle fréquence vibrons-nous à l’aube du nouveau jour ? Quelles idées, quelles envies nous traversent ? Quels programmes s’impriment ? Sont-ils neufs, habituels, sempiternels ou portent-ils les germes d’un inédit, d’un inouï, d’un insolite, d’une dynamique susceptible d’ensemencer le même, d’un souffle régénérant ?

En permanence, l’occasion d’écouter un air choisi se propose et l’opportunité de jouer une note particulière sur le nuancier invisible des états d’être, perpétuellement à disposition au sortir du sommeil, s’impose. Avant même le saut du lit, le saut hors de la nuit donne au jour une teinte à accueillir pour la porter, la révéler, la transformer et l’interpréter.
Saluer cet instant donne le « la » d’un nouvel engagement conscient et accorde à la mélodie que nous allons adopter, adapter au cours des heures qui vont suivre.
Confiance ou suspicion ?
Entrain ou léthargie ?
Accueil ou attente ?
Adhésion ou refus ?
La liste des possibles est longue, à disposition de tous, dans le manuel à l’usage de l’humain. À chacun de décider quelle page lire, écrire, comprendre pour emprunter le chemin du jour habillé de lumière ou d’obscurité.

Inutile de se plaindre quand le saut est maussade, cela n’a rien d’évolutif ! Entretenir des énergies noires en leur donnant grande place les magnifie et n’aide pas à s’en libérer. Les reconnaître cependant autorise dare-dare une mise en travail ; le salaire de la peur, celui de la colère, de l’envie ou de la dépression pèse sur nos pensées et nos agirs ; il donne à l’aventure un goût de « pas de sens » qui n’invite pas au mieux-être.
À l’inverse, les « youpi » du connu qui propulsent hors du lit dans une dynamique trop bien huilée risquent de partir au galop sans prendre le temps de goûter pleinement le parfum de ce qui se profile, sans s’imprégner de l’approche qui initie une mise en phase consciente et toute en finesse du déroulé présent.

Les bains énergétiques qui nous prennent au sortir de la nuit conditionnent une feuille de route qu’il faudra bon gré, mal gré, en conscience ou en inconscience, traiter, subir, dompter ou accompagner.
Faudra-t-il transmuter du plomb en or, rayonner à plein soleil, porter la confiance ?
Lucides ou aveuglés, quoi que nous décidions, nous allons inspirer et expirer une ambiance et la transmettre alentour. Nous voilà donc, responsable dès le réveil de la façon dont nous influençons le monde. Attentifs à cet instant, nous sommes des cas contacts, des êtres contagieux, possiblement contaminants, car porteurs des qualités que nous souhaitons promouvoir.

Si les phénomènes météo nous affectent, la façon dont nous les accueillons fait la pluie et le beau temps, quoi qu’en disent les apparences.
Dans les leurres du paraître, à chaque pas se propose un emploi à plein temps, qui ne connaît ni congés ni jours fériés. Ainsi, nul n’est jamais désœuvré quand cette mission devient l’évidence du matin.
Bon réveil, bon saut, belle vie et bon courage…

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search