Forcément complémentaires

 In La rubrique de Frédérique

L’égalité est un leurre, mais la reconnaissance, le respect des spécificités de chacun(e) et la culture de la complémentarité permettent de construire de justes relations.
Le complémentaire n’est là qu’en fonction d’un pôle à rejoindre. Un complémentaire isolé, sans référence à son empreinte manquante n’a pas d’identité. Comme la fourmi de 18 mètres de notre enfance qui n’existe pas, il n’existe pas ! Le monde est donc constitué de complémentaires qui se cherchent, se trouvent, s’unissent et font croître l’unité dans laquelle ils s’installent pour le meilleur malgré le pire.

L’aimant attire une polarité contraire et repousse celle qui lui est semblable, sans toutefois la rejeter ; il la tient à bonne distance pour qu’elle puisse à son tour, nouer d’autres unions plus riches, plus pleines, plus créatrices. L’aimant témoigne de la loi d’attraction-répulsion omniprésente dans l’univers qui donne à la Vie l’opportunité de se manifester, de croître et d’amplifier le beau, le bien, le vrai à mesure des rencontres et des fusions qu’opèrent les complémentaires.

Se complémenter, c’est se compléter, c’est donc réaliser notre besoin fondamental de l’autre et comprendre que notre complétude dépend d’une association, d’une relation avec un semblable, une instance ou tout autre expression du vivant.
Chacun cherche son autre, son Autre, son alter ego ou son essence fondamentale ; ce peut être à travers un individu, un projet, un espace, une vérité à épouser, dans un continuum multidimensionnel dont nous ne percevons pas les limites.

Bonne nouvelle, le monde des complémentaires perpétuellement mouvant, n’affiche jamais complet, car toute complétude reconnue devient immédiatement complément d’une autre complétude ; ainsi de complétude en complétude nous dévoilons grâce à nos unions, l’unité dont nous sommes particules.
À force de joindre nos pièces de puzzle à d’autres alentour, nous devenons puzzle dans un champ de puzzles et réalisons que l’univers est un assemblage d’éléments qui concourent à composer l’unité et la font vibrer.

Enlever une planète du système solaire est impensable, mais il ne nous dérange pas d’ignorer l’évidence de certains évènements dans tel ou tel coin du globe pour n’avoir pas à les traiter. Nous nous désolidarisons alors de nos complémentaires. Dans le puzzle Terre que nous construisons et révélons ensemble, nous ne pouvons voir l’image globale en nous désintéressant des pièces manquantes ou en occultant celles qui sont éloignées des nôtres. Nous ne pouvons connaître la plénitude uniterre en acceptant les trous, les pointillés, les absences, les rejets et les négations ; c’est en retrouvant une note d’unité que nous instaurerons un monde de justes relations.

Complimentons-nous d’être complémentaires, complimentons-nous d’être différents pour nous enrichir mutuellement et faire croître en qualité l’ensemble auquel nous appartenons.
Toi et moi, nous et vous, ils et elles, sont les sujets qui parlent les infinies déclinaisons des innombrables complémentaires à l’œuvre.
Rien ni personne n’est à négliger, car alors c’est notre humanité que nous négligeons sans vergogne. Et cela est inadmissible, pour nous qui sommes forcément complémentaires.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search