À portée de conscience, l’immaculée conception

 In La rubrique de Frédérique

L’opportunité de révéler les joyaux du futur imprègne secrètement le centre de l’existence. Le monde à venir, à portée de conscience, se conçoit aujourd’hui plus digne qu’hier et moins heureux que demain.

À chaque jour suffit sa peine, son labeur, son manque de joyeusetés, dit le triste paroissien, scellant dans ces mots, une pénibilité, une patience, une vision étriquée. Or, nos jours sont des tremplins pour hisser le bien commun, le préférable, le meilleur au sein des lendemains ; ils incitent les humains à créer un tableau de justes relations entre tous, entre Tout et tous, entre Tout et toutes, entre tous les Terriens.
C’est là, notre peine qui n’est pas peine perdue, châtiment, pénitence, ni même plainte larvée, mais difficulté à concevoir au-delà des mots, par-delà les maux et les apparences, notre responsabilité à penser le monde en revisitant le sens d’une immaculée conception.

L’immaculée conception invite à voir l’avenir de façon vierge, débarrassée des scories d’hier, des privilèges acquis et des peurs multiples. Concevoir le futur sans a priori, en prenant le risque de la création et non celui de la réforme qui ménage chèvre et chou dans la manifestation. Pas de futur antérieur, pas de passé simple ni de passé composé et encore moins d’imparfait et de conditionnel. Soyons attentifs au vivant, et dans le participe présent de la conscience, élaborons les idées portant un nouveau monde. Il est affaire de conscience, affaire de pensée, affaire de capacité à se situer dans le grand Tout, en tant que partie œuvrant pour l’ensemble.
Seule cette nouvelle conscience permettra de remplir le rôle de passeur d’essentialité au cœur de la matérialité qui nous est destiné.

Rien de nouveau sous le soleil, mais cet état d’être radicalement différent que chacun peut adopter s’il renonce à ses prés carrés, au déjà vu, déjà su de ses opinions et aux rémanences de ses monographies, est une invitation au devenir.
Nous sommes une résultante d’hier qui pour porter un avenir digne de ce nom doit renoncer à sublimer le passé. Nulle n’accouche d’enfants déjà nés ; nul n’accouche de solutions périmées ; seul un regard inédit, confiant et bienveillant engendrera un nouveau monde.

La beauté est dans l’œil de celles et ceux qui regardent, accouchons de la beauté.
La bonté est dans l’aura de celles et ceux qui aiment, accouchons de la bonté.
La vérité est dans l’esprit de celles et ceux qui osent être, accouchons de la vérité ; de cette vérité qui cherche à englober les points de vue pour embrasser le monde dans ses perspectives causales et accompagner ce qui de tout temps cherche à se dire derrière les événements du temps.

L’humanité est une parturiente en passe de donner au monde un divin enfant, mais la gestation est longue et nous nous devons de la soigner.
À portée de conscience, notre immaculée conception.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search