Magie de la ponctuation

 In La rubrique de Frédérique

Une vie, une journée, un texte sans ponctuation n’invite pas à la compréhension. Sans point, sans virgule, pas de rythme, pas de respiration, pas de silence pour reprendre son souffle et garder en suspend une interrogation qui viendrait ponctuer un moment de l’existence. Si l’interrogation questionne, une vie sans questions court lentement, sans heurts, voire sans saveur dans une inconscience qui enveloppe et aveugle pour mieux perpétuer un hier soucieux de colorer l’avenir d’un même sempiternel. Un même sans exigence, oublieux du pourquoi de sa présence, un même pugnace qui s’impose au-delà du nécessaire et devient habitude, sécurité, rempart à l’inédit.

Sans interrogation, il n’y a pas non plus réelle exclamation, car celle-ci surgit sans feinte, en cas d’inattendu.
Pourquoi s’exclamer si ce qui arrive est prévu, pressenti, espéré ou redouté ?
Sans exclamation, le texte du quotidien propose un « déjà su « , une traversée monotone, monocorde ; tout s’inscrit alors, dans un décor usuel où les changements de lumière ne subliment plus le tableau de nos histoires.
L’exclamation, c’est la surprise ! La surprise d’une couleur, d’un son, d’une rencontre ; sans exclamations, sans interrogations, pas de suspens, pas d’espace pour le renouveau, pas de temps pour nous reconnaître comme des êtres en mouvement du côté de la conscience, du cœur, de la tête ou de l’esprit.

Côté corps, nous savons que les rythmes cardiaques, respiratoires, cellulaires imposent une feuille de route, un mode d’agir aux organismes physiques. Des virgules, des points s’insinuent dans les physiologies ; des interrogations, des exclamations surgissent au gré d’éprouvés physiques, sensibles, émotionnels ou mentaux qui rappellent que les corps parlent au sein de plus grands corps, que sont la Terre, le système solaire ou la galaxie. Dans ce grand champ d’expérience, les points, les virgules donnent sens à nos existences, les interrogations ouvrent d’autres champs d’exploration et autorisent à chaque découverte, de nouvelles exclamations.

La ponctuation autorise l’émerveillement ; l’émerveillement devant la beauté, devant l’intelligence du monde dont on connaît l’alphabet, mais pas encore le verbe à même de l’engendrer. Les acteurs que nous sommes doivent créer de nouveaux lexiques pour traduire au mieux, ce qui cherche à se dire. À nous de jouer, d’improviser et de ponctuer nos rhétoriques de points, de virgules, d’interrogations, d’exclamations et de points de suspension. Ce rythme donné au texte de l’existence souffle alors, une petite musique qui s’échappe du secret des parenthèses pour s’intégrer dans une orchestration plus grande avec ses ponts et ses soupirs, ses points et ses virgules, ses interrogations et ses exclamations qui étonnent celles et ceux qui interrogent le sens de ce que nous traversons ensemble.

La ponctuation est un tempo divin donné à l’humanité pour l’aider à danser la vie, en prenant et en tenant sa place dans le grand livre des Écritures ; elle permet d’entrer dans un texte sans y perdre… d’entrer dans l’existence et d’y virevolter entre les points, les virgules, et tous les signes qui viennent ponctuer de mille façons par la grâce de l’énonciation, tout ce qui peut s’énoncer.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search