Nouvelle traque

 In La rubrique de Frédérique

Nouvelle traque.
Oh quel vilain mot ! Entaché de faits guerriers ou meurtriers, de pratiques d’espionnage, de filature ou d’impact punitif. Mais les mots ne sont ni beaux ni laids, ils sont ce que nous en faisons et dépendent du contexte dans lequel ils émergent.
S’ils ploient sous des lourdeurs inhérentes à des interprétations passées, rien n’oblige quiconque, à rester enfermé dans des prisons idéologiques ou définitionnelles datant d’un autre temps. Car si nous pouvons traquer la bête ou la bêtise pour en venir à bout ou la dénoncer, tels des chasseurs, des censeurs, des sachants ou des puissants, nous pouvons aussi traquer le beau, le bien, et la bonne volonté qui s’expriment, de façon multifactorielle, chez la plupart de nos contemporains.

S’atteler à cette tâche, pousse à découvrir en chaque humain, le germe d’une coopération au mieux commun en marche.
En devenant traqueur, traqueuse de bon, de bien, de vrai, nous ne nourrissons plus la peur de la différence ou celle de n’être pas à la hauteur, mais entrons sur la scène du quotidien, riche d’un regard aimant et curieux du potentiel participatif à la joie de tout un chacun.
Si nous traquons la beauté en toute chose, en tout événement, nous la magnifions au cœur de l’existence, quelle qu’en soit l’apparence première ; le diamant brille de mille éclats, mais le vulgaire caillou avec sa forme particulière, ses nuances de gris, de blanc, de beige porte aussi une beauté à reconnaître pour que le tableau qui occupe le devant de notre scène, devienne hymne à la beauté.

De même, traquer le laid contribue à la contagion du beau si nous transformons ce qui le masque en occasion de le dévoiler.
Le gris a autant de nuances que le bleu, le jaune, le rose ou le vert ; la beauté est dans la présence de cette infinité, de cette diversité, porteuse de subtilités offertes, mais pas toujours perçues, tant les définitions d’un beau stéréotypé nous obnubilent.
La beauté est dans l’œil de celui qui regarde* ; la bonté et la bonne volonté dans l’intériorité de celles et ceux qui cherchent à les percevoir. En s’employant à cette quête, chacun, chacune peut dévoiler des graines de beau, de bien, de vrai, là où il ne soupçonnait pas leurs existences.

À nous donc d’arroser de bonne volonté l’ensemble des situations, pour que les semences de paix et d’harmonie fleurissent en tout lieu, en tout être, en toute simplicité ; car la bonne volonté est simplement à la portée de quiconque cherche à s’en faire porteur, témoin et révélateur. Elle n’a rien d’un vœu pieux, elle est engagement à réenchanter le monde qui n’exige pour s’appliquer, qu’un désir ardent de révéler le beau, le bien, le vrai, partout présents, mais gisant parfois sous les décombres de nos aveuglements.

Il suffit pour s’y consacrer de traquer toutes les jolies qualités du vivant, au quotidien, chez les uns, les autres et leurs environs, car la bonne volonté est une acuité visuelle en vogue, chez les aimants du monde.
Sachons ensemble nous aimanter pour l’élever au rang de preuve de notre humanité.

* Attribué à Oscar Wilde

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search