Pas toi, ni moi, mais nous…pour la Vie

 In La rubrique de Frédérique

Ne tire pas ton épingle du jeu, car le jeu concerne la totalité du vivant et ce que tu récoltes doit bénéficier à tous ; à défaut, tu prives l’ensemble d’une avancée commune. Ne cherche pas à avoir plus, car dans le réservoir collectif, quelqu’un aura moins et le déséquilibre continuera de progresser.
Ne désire pas plus, mais sois plus, autant que faire se peut, pour qualifier l’alentour du parfum de l’être en chemin. Ne critique pas celui ou celle qui ne pense pas comme toi, c’est un passager du vaisseau humanité qui ne suit qu’un seul cap quoi qu’il y paraisse. Reconnais-le, respecte-le, n’essaie pas de le convaincre quand tu donnes ton avis et incarne ce que tu penses.

Cherchons à nous écouter, à nous éclairer, à partager nos points de vue pour sortir des à priori, des opinions adoptées sans creuser leurs fondements, et voyons comment ensemble, et non les uns contre les autres, œuvrer dans un sens commun.
Ne voir midi qu’à sa porte, occulte la course permanente du soleil. À chaque instant, quelque part sur Terre, quelque part pour quelqu’un, il est midi, mais s’il est 17 h chez toi, c’est aussi une réalité dont il faut tenir compte.
Apprenons dès l’enfance la relativité des croyances, des savoirs, des perceptions et cherchons à les inscrire dans les contextes les plus larges que nous puissions appréhender, pour faire passer le bien commun avant le bien particulier.

Avec nos visions limitées, nous avons détruit ou déréglé de nombreux écosystèmes et nous en payons le prix aujourd’hui.
Penser global et agir local est un truisme occulte remis au goût du jour par des êtres éclairés. Penser global et faire à notre niveau ce qui semble juste pour l’ensemble à la mesure de nos moyens, ni plus ni moins, reste la meilleure contribution au mieux-être général.
Le respect de cet équilibre tout personnel qualifie la bonne volonté humaine, qui en s’attachant à cette maxime permet de concourir à la marche commune sans nuire à qui que ce soit.

Faire au mieux local sans penser global génère les guerres, les séparatismes et le chacun pour soi. Opter pour une volonté de bien propre n’est autre que la devise du moi d’abord ; le bien pour moi passe alors par la négation de l’autre quand ce n’est pas par son asservissement.
Penser global et agir local dans le don du meilleur de ce que nous pouvons vivre pour permettre à la Terre et à tous les Terriens d’être au mieux localement. C’est ce à quoi nous devons nous atteler lorsque nos besoins fondamentaux sont satisfaits.

Veillons donc à la satisfaction de ces besoins pour tous nos frères humains et concourons ensemble à cultiver la joie d’offrir ce que nous sommes. Soyons curieux de ce que la vie propose pour enseigner à chaque instant, l’art du bien vivre ensemble. Après la liberté, la fraternité, l’équanimité, vient l’êtreté pour nous accompagner mutuellement vers le cœur éclairé qui permet de réaliser pleinement ce pour quoi nous sommes incarnés.
À nous…

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search