Préméditation

 In La rubrique de Frédérique

L’espoir est un phare dans l’obscurité du présent.
Il précise une voie par laquelle les mots précipitent de nouveaux possibles pour habiller nos songes ; il est un fil qui sert d’ancre à qui cherche à le définir.
D’où vient-il si ce n’est d’un futur qui se prémédite au présent ?
L’espoir porte l’avenir, il dote chacun d’une vision et donne la force de s’y consacrer avec entrain.

Préméditons, pressentons ce qui se présente et reconnaissons-le pour le faire advenir.
L’espoir est l’habit que prend le futur pour se concevoir et se faire adopter. Une fois semé, il prend racine et se déploie jusqu’à son plein épanouissement.
Il dessine les contours d’un demain, en perpétuelle mutation, car ce qui advient comme pur produit de l’espoir ne l’est plus, dès qu’il est advenu.

Souffle qui anime le monde émotionnel et qui donne corps aux semences germées dans le mental d’une humanité éclairée, l’espoir se fait courage pour finaliser le but entrevu. Il s’arrime au personnel, avant de s’étendre au destin des proches, d’un collectif et de l’ensemble.
Entre aujourd’hui vers demain, entre pour soi et pour l’autre, entre pour l’un et pour tous, l’espace que l’espoir va combler pour engendrer un autre monde se déploie.
L’hier se meurt pour offrir à nos vues futuristes, l’occasion de se manifester.

L’espoir engage, mais il n’est pas revendication ; il met en mouvement ; il délaisse les dépendances passéistes et anime joyeusement, car il ne projette rien qui ne soit meilleur. À défaut, ce sont des perspectives moulées dans nos mémoires qui prennent sa place et colorent son terrain de grisaille. Les souvenirs qui ne servent pas de marchepied ou qui ne sont pas leçons comprises et intégrées sont des remparts au devenir. Ils nous plombent physiquement, sensiblement, mentalement et nous éloignent du vent de liberté qu’insufflent les possibles.

Car l’espoir est joie d’être qui se distille pour découvrir que l’instant s’invente en permanence à partir de la vision que nous portons et incarnons à chaque souffle.
L’instant actualise l’espoir chaque fois que nous le reconnaissons ; il l’enterre dans le cas contraire. C’est donc dans notre présence à l’instant que nous concevons demain ; c’est donc dans notre regard que se reflète le futur d’un mieux-être pour notre communauté.
Certains voient sur la table du quotidien, un verre à moitié plein ; d’autres un verre à moitié vide. L’espoir est le verre ; notre regard choisit d’éclairer un futur ou de pleurer un passé. Tout regret porte sur une représentation qui occulte la possibilité d’accueillir le présent que l’espoir offre en permanence.

Préméditons, alignons-nous, mettons le cap sur le futur et traversons l’espace-temps pour organiser ensemble le meilleur dont nous sommes porteurs et laisser choir les refus, les peurs, les attachements qui inhibent nos rêves créateurs d’un monde plus juste.
L’espoir n’aime pas que nous soyons à quai ; rêvant d’aventure sur le papier, il implique, il exige de nous que nous trouvions les voies qui conduisent à ce qu’il envisage et nous donne la force de concevoir les moyens pour y parvenir.
Préméditons !

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search