En route vers la perfection

 In La rubrique de Frédérique

En route vers la perfection, mais pas tout de suite, pas trop vite, pas trop radicalement pour que le goût de l’imparfait passe progressivement, sans douleur, sans regret, et s’échappe comme une lettre qui, une fois postée, file sans espoir de retour.
Comme un pli mûrement réfléchi, où chaque mot dûment pesé aurait pris la mesure des abandons qu’exige la perfection, pour l’imparfait qui cherche à la rejoindre. La perfection incite à renoncer au multiple pour fusionner dans l’Un, elle invite à délaisser les menus divertissements pour ne se consacrer qu’à l’essentiel.

En route vers la perfection, nous le sommes assurément, mais hâtons-nous lentement pour l’atteindre, afin de maturer pleinement ce qu’elle exige de nous, et éviter de nous perdre dans une vacuité sans fond à laquelle nous ne sommes pas vibratoirement préparés.

Quitter le monde du perfectible, c’est passer dans un au-delà, l’au-delà du désir, l’au-delà des attentes, l’au-delà des espoirs personnels pour pénétrer l’espace commun où nul ne demeure plus pour soi, mais pour s’offrir au collectif. C’est à révéler le beau le bien le vrai, présents dès l’origine, mais totalement enfouis pour nous enjoindre de les trouver dans un jeu de cache-cache savamment orchestré par l’existence, que nous nous employons. Fabuleuse course d’orientation organisée sur des éons à laquelle nous participons.
C’est alléchant sur le papier, plus éprouvant sur le terrain !

Mais si la paix et l’harmonie sont au bout du chemin, des aléas multiples parsèment nos quotidiens de frictions incessantes qui alimentent nos personnalités et les gorgent d’importance. Fières ou penaudes, intéressantes ou ennuyeuses, aventureuses ou classiques, elles jouent nuit et jour, jour et nuit, sur la scène du devenir, se peaufinent, et finissent par connaître tous les coups, toutes les règles et les bottes secrètes qui viennent à bout des limites, et des stratégies les plus récalcitrantes. Ainsi elles découvrent l’inévitable succès en réalisant qu’elles sont au pied du mont Parfait, si longtemps convoité, imaginé, espéré avant de comprendre que son sommet, comme l’échelle de Jacob, tutoie l’invisible des mondes subtils… l’ascension peut commencer, l’aventure se poursuit.

La quête continue encore et encore, car la perfection s’est, elle aussi, révélée perfectible ; comme l’horizon elle s’éloigne aussi sûrement que l’on s’en approche, et sublime à l’infini son essence. Ainsi s’exprime l’éternité sur le chemin du temps qui passe et chaque être qui tend vers l’excellence se parfait, apprenant lentement à reconnaître en lui-même la perfection en perpétuelle réalisation.
La Vie est parfaite, elle est mouvement permanent ; comme la perfection elle ne saurait être mise en boîte et incite à prendre la route, tout de suite, pour le mont Parfait, sans aller trop vite pour ne pas risquer d’être englouti par une overdose d’évidence.

Qui veut aller loin ménage sa monture, mais qui craint d’aller loin l’ankylose et la paralyse. Tout est toujours question de choix, de mesure et d’accords, mais tout est parfait…
Cela va de Soi.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search