T’es pas cap !

 In La rubrique de Frédérique

 

T’es pas cap !
Si si, j’suis cap.
Mais t’es cap de quoi ?
J’suis cap de penser, j’suis cap de choisir, j’suis cap de me diriger, j’suis cap d’être le cap’taine au quotidien ; d’être celui qui garde le cap contre vents et marées, celui qui chaque matin saisit le gouvernail pour affronter l’existence, son lot de prévus et ses champs de surprises.
J’suis cap de prévoir et je suis cap aussi de voir ce qui n’était pas attendu ; et dans cet espace d’inédit, j’suis cap d’envisager les possibles transformateurs.

T’es pas cap de t’émerveiller à chaque instant !
Si si, j’suis cap quand j’oublie de me désoler de tout ce qui ne fonctionne pas comme cela devrait être depuis le belvédère de mes envies.
J’suis cap quand finalement je réalise qu’au-delà de mes émois, de mes désirs, de mes jugements, un autre champ de découverte est possible.
J’suis cap de garder le cap de l’innocence pour ne pas me croire arrivée et camper sur des positions si bien arrêtées qu’on ne m’en délogerait plus.
J’suis cap de souscrire chaque matin à la proposition de vie en reprenant au saut du lit, la barre du jour qui s’annonce.

J’suis cap de garder le cap pour ne pas me limiter à mes acquis fussent-ils satisfaisants ; de suivre le cap qui appelle, qui attire, qui motive, qui donne sens à l’avenir et oblige en permanence à renouveler mes positions pour trouver la route qui mène à demain.
Sans cap, sans nouvel horizon, de quoi sommes-nous capables, si ce n’est de ronronner dans un même qui s’enlise en se croyant irrécusable ?

Une vie sans cap, c’est une vie sans espoir, sans chemin, sans repères. Une vie qui n’engage pas à se soutenir, une vie qui se lit dans un rétroviseur et n’incite qu’aux souvenirs.
Une vie qui, n’étant qu’un pâle reflet de ce qu’elle pourrait être, n’offre pas l’occasion de rejoindre la pointe du cap adelphité.

T’es pas cap de faire le point sur notre place sur le chemin et la façon de nous orienter collectivement pour triompher des vents inopportuns de la séparativité !
Si si, j’suis cap, et j’suis partante pour inscrire sur les voiles de nos embarcations communes le sigle de notre indissociabilité.

T’es pas cap de le dessiner !
Si si, j’suis cap, il s’inscrit en fil invisible sur le parchemin de l’avenir.
Et il suffit pour s’y rallier de s’autoriser à aimer. C’est tout simple…
Et toi ? Cap ou pas cap ?

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Start typing and press Enter to search