Troubles au pays de la chasteté

 In La rubrique de Frédérique

 

Faire vœu de chasteté, ce n’est pas forcément renoncer à toute velléité d’union charnelle. Les mots pris au pied de la lettre conduisent souvent sur la voie de non-sens qui orientent malencontreusement l’imaginaire collectif.
Faire vœu de chasteté, c’est rester vierge à chaque instant, non en se détournant du péché de chair, mais en restant ouvert, sans présupposés, sans attentes filtrant la vie qui se délivre inlassablement et s’offrir comme surface d’impression immaculée.

Chaque fois que nous accueillons le flux du vivant sans le dévier, nous sommes en état de virginité, en état de réceptivité innocente indispensable pour recevoir pleinement ce qui se délivre à nous individuellement et collectivement.
Être vierge, c’est l’art de rester indemne grâce ou malgré les leçons de l’existence, c’est se défaire des représentations enkystées, des contextes limitants, des a priori, excluant le nouveau qui cherche à se dire ; c’est permettre la régénération permanente de l’hymen accueillant le numen et en être perpétuellement transformer sans rétention ni attachement.

La chasteté, c’est la capacité d’épouser le silence pour percevoir ce qui s’y dépose, tant sur le plan physique que sensible, mental ou essentiel, sans interprétations travesties par les écrans colorés du passé. Seule cette virginité, ce retour au plein accueil dépouillé de tous les miasmes envahissants mène à l’amour.
C’est sous condition de virginité à réactualiser à chaque instant que nous sommes en mesure d’épouser la vie et de la relayer sans la dénaturer.
Sois vierge et tais-toi, non pour te soumettre au diktat d’un dogme, mais pour te mettre à disposition des vagues de silence que tu ne peux accueillir qu’en étant toi-même en état de silence.

En étant pleinement enceints de ce silence créateur, nous reléguons les silences de sidération, les mutismes formels bruyants de nos blablas intérieurs au pays des exilés et des bannis. Le silence inséminateur auquel se donner au-delà de toute attente porte, autant que faire se peut, la note de progrès qui s’insinue sans cesse depuis l’inaudible. Ce progrès qui n’est pas technique mais éthique, qui ne s’achète pas, mais s’étreint pour que puisse germer l’amour dépourvu d’intérêt.

Pas simple d’être chaste et de rester vierge quand les vagues de l’incarnation viennent s’immiscer dans les états d’être en mal de reconnaissance. Épouser le silence et le traiter longuement avant d’en accoucher, c’est cela être en état de chasteté ; il faut sans cesse le rejoindre, s’y donner, s’y redonner à mesure que nous accouchons d’une once de mieux pour perpétuer la virginité indispensable à la croissance de l’impersonnalité.

Ainsi aimer Dieu, l’âme en nous ou le divin éternel exige chasteté et virginité dans l’intimité subtile de l’être, mais nous avons parfois pris l’apparence pour cet essentiel qui nous anime incognito.
Attention à nos chastes oreilles, elles n’entendent que ce qu’elles sont en capacité d’accueillir.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Start typing and press Enter to search