Tu sais ou tu sais pas ?

 In La rubrique de Frédérique

 

Découvre le monde, découvre-toi et chemine sur la voie de la Connaissance.
Pars en explorateur et prends contact avec ce qui t’entoure. Donne libre cours à tes sens et laisse-toi pénétrer par les informations qui te permettent de trouver place et d’avancer dans les méandres de l’existence. Apprends à lire, à écrire, à compter, à chaque âge pour te laisser transformer à mesure que croît ta sensibilité.

Celui ou celle qui sait lire, doit apprendre à lire au-delà du visible.
Celui ou celle qui sait écrire, doit apprendre à imprimer en lettres subtiles sur le parchemin éthérique les invitations pour le bal de l’unité retrouvée.
Celui ou celle qui sait compter doit apprendre à se donner sans compter pour le bien commun et rendre compte de son origine divine.
À chaque âge, sa connaissance, son chemin d’apprentissage et ses panneaux indicateurs.

Avant de parler la langue de la Connaissance, ce sont nos connaissances que nous cultivons avec fierté, parfois même avec orgueil ; mais une fois repu, nul besoin de poursuivre cette quête jusqu’à l’indigestion. Une fois reconnue la vanité de cette course perpétuelle qui nous pilote de l’extérieur, un temps de repos s’impose. Et avec lui, commence l’examen intérieur qui permet d’intégrer les connaissances jusque-là goulûment ingérées.
Toute connaissance acquise, mais non comprise nous enferme dans des savoirs qui font de nous de savants sachants, mais pas de sages détenteurs, de sages pourvoyeurs de Connaissance, la diffusant sans compter sans même parfois parler, du seul point rayonnant de leur exemplarité.

Tu sais ou tu sais pas ?

Tu sais ou tu sais pas où tu es sur le chemin de l’évolution ? C’est important de savoir pour toi, pour les autres, car si tu es en train d’apprendre à lire, à écrire, à compter, il faut t’y consacrer pleinement et emprunter les sens du personnel. À l’inverse, si tu commences à lire au-delà du visible, à écrire en lettres subtiles sur l’écran universel et à compter sur toi-même pour donner le meilleur à la communauté, ce sont les sens de l’impersonnel qui sous-tendent les leçons de ton existence.

Là si tu ne sais pas d’où tu pars, ni où tu souhaites véritablement te rendre, l’esplanade des quiproquos est là pour te perdre en te donnant l’illusion de connaître ton point d’ancrage. Mais pas de panique, tant qu’on ne se sait pas perdu, on continue allègrement à se tromper sur notre place, et notre qui pour quoi se délecte des quiproquos qui lui donnent sens jusqu’à ce qu’un nouvel éclairage dessine en filigrane le contour de nos erreurs et permette de les rectifier.
Ainsi d’expériences extérieures en expériences intérieures, cahin-caha nous avançons sur le chemin de la sagesse.
Et le sage sait le chemin qu’il lui reste à parcourir pour épouser le grand C de la connaissance.
Alors, Bonne route !

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Start typing and press Enter to search